La campagne des Paniers de Noël dépasse largement son objectif

Partagez
Tweetez
Envoyez

La barre était haute: atteindre les 20 000 voire les 30 000 $. C’était bien optimiste lorsque l’on sait que le Radiothon de l’an passé n’avait rapporté qu’à peine plus de 14 000$. Mais le pari a été tenu et les résultats ont même dépassé les plus généreux pronostics: 35 700 $, telle était la somme récoltée samedi dernier à l’issue du Radiothon organisé pour venir en aide aux familles démunies francophones de Toronto. Cette année, les paniers de Noël seront plus nombreux!

Les quatre organismes qui s’occupent de redistribuer les dons peuvent être satisfaits. D’ici Noël, plusieurs centaines de bénéficiaires du Centre francophone de Toronto, d’Oasis Centre des Femmes, du Regroupement des femmes immigrantes et des Centres d’accueil Héritage recevront des bons d’achat pour célébrer, eux aussi, les fêtes de fin d’année.

Cette année, le Radiothon pour la campagne des paniers de Noël avait frappé fort pour toucher d’éventuels donateurs. La campagne a commencé dès le jeudi 29 novembre à 6h, trouvant sa place dans le cadre de l’émission Y a pas deux matins pareils, pour se prolonger samedi matin pendant l’émission Biscotti et café au lit. Le Radiothon a continué par une grande fête qui s’est tenue samedi matin dans l’Atrium de Radio-Canada. Et le public était au rendez-vous!

Tout avait été organisé pour attirer les petits et les grands. Divers ateliers (coloriage, colliers de perles, pâte à modeler) étaient ouverts pour les plus jeunes, pendant que le père Noël s’adonnait à de nombreuses séances de photographie. La scène musicale, animée par le directeur du théâtre français Guy Mignault, a permis à trois chorales d’enfants de montrer leur talent, celles des écoles Sainte Madeleine, Gabrielle-Roy et Pierre-Elliott-Trudeau.

Plusieurs artistes sont également montés sur scène comme Lyne Tremblay, Emerald Doyle, Marc Auguste, Amélie Lefebvre, Geneviève Proulx, Julie Crochetière, Geneviève Cholette et Andrée Bernard. La conteuse Rachel Desaulniers était aussi de la partie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et cette nouvelle formule, étalée sur trois jours semble avoir été la clé du succès, comme l’explique Sophie Bernier, coordinatrice de l’événement: «Le public radiophonique n’est pas le même en semaine et durant les fins de semaine, je pense que nous avons ainsi pu rejoindre beaucoup plus de monde.»

Les dons ont surtout été faits par des particuliers (des dons de 50 $ en moyenne) mais quelques entreprises ont également contribué au Radiothon.

L’argent récolté sera redistribué avant Noël aux familles dans le besoin, sous la forme de bons d’achat: «Nous préférons cette formule car les familles peuvent ainsi acheter ce qu’elles veulent, selon leurs goûts, et cela leur permet de garder une certain fierté.» Une famille de quatre personnes recevra 100 $.

Le Centre francophone gérera la moitié de l’argent récolté et donnera l’autre aux trois organismes partenaires. Pour le Centre francophone, les personnes qui bénéficieront de l’aide sont des nouveaux arrivants, qui n’arrivent pas à faire reconnaître leurs diplômes, n’arrivent pas à trouver un emploi correct…

Pour recevoir ce coup de pouce de fin d’année, explique Norbert Piché, coordonnateur du service établissement au Centre francophone, «il faut en avoir fait la demande, être francophone, résider à Toronto et vivre sous le seuil de pauvreté avant impôt soit 36 247 $ pour une famille de quatre personnes.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mais que se passe-il lorsque les fonds reçus ne parviennent pas à répondre à la demande? Norbert Piché poursuit: «La priorité est donnée aux personnes qui viennent tout juste d’arriver, aux femmes éduquant seules leurs enfants, ou victimes de violence, à ceux qui vivent dans des centres d’hébergement. Nous référons les autres à des banques alimentaires.»

Les nouveaux arrivants ne sont pas les seuls à bénéficier des paniers de Noël, comme le rappelle Gérard Parent, directeur général des centres d’accueil Héritage. «Le besoin est grand aussi chez les plus âgés, Franco-Ontariens de souche comme nouveaux arrivants qui suivent leurs enfants. Une simple pension est vraiment insuffisante pour vivre à Toronto! La communauté francophone ne réalise pas toujours à quel point on a besoin d’aide.»

En tout cas, ces derniers jours, la communauté semble pourtant en avoir bien pris conscience!

Grâce à la nouvelle formule du Radiothon, comme le suppose Benoît Quenneville, directeur de Radio-Canada Ontario, mais pas seulement: «Cette année, nous avons vraiment senti un grand élan de solidarité. On l’a perçu dans les appels qu’on recevait, les gens ont été touchés par les témoignages que nous avons diffusés à la radio.»

Reconduira-t-on cette formule de trois jours l’an prochain? «Nous conserverons probablement cette formule pour 2008 assure Benoît Quenneville, et nous essaierons aussi de chercher davantage de dons corporatifs. En tout cas, à l’issue de ce Radiothon 2007, on a le vent dans les voiles!»

Le Centre francophone qui coordonne la Campagne des paniers de Noël accepte encore des dons ces prochains jours: 22 rue Collège Toronto ON M5G 1K3 ou 416 922 2672.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur