Kaïn à la Franco-Fête de Toronto le 21 juin

Sur les traces des plus grands

Partagez
Tweetez
Envoyez

Depuis le succès de la Franco-Fête 2008 avec le groupe québécois Mes Aïeux, les francophones se demandaient quelle serait la surprise du chef pour l’édition 2009 du festival francophone qui aspire à devenir l’un des plus importants de Toronto. Les masques sont tombés mardi lors de la présentation de la Franco-Fête 2009 à la Galerie Thomson-Landry dans le quartier de la distillerie.

Cette année le groupe phare viendra une nouvelle fois du Québec, il s’agit de Kaïn, formation de rock mélangeant les styles avec une bonne imprégnation de musique traditionnelle.

«Ils sont de plus en plus connus et populaires», avance Mélanie Tremblay, présidente de la Franco-Fête. Pour elle, le groupe joue «un style de musique qui peut toucher un large public» et pourrait donc fédérer autant de monde que Mes Aïeux l’an passé.

Il ne faut pas se le cacher, la comparaison sera inévitable après le gros succès de l’édition précédente du festival. Le festival se déroulera encore cette année au Centre Harbourfront et l’attente du public est là. La programmation «très diversifiée», selon les propres mots de la présidente, a pour mission de combler les désirs de tous les francophones de Toronto.

Du vendredi 19 juin au dimanche 21, ce ne sont pas moins de 20 concerts, démonstrations, ateliers auxquels le public pourra participer. Pour la deuxième année consécutive, la Franco-Fête s’associe avec l’Alliance française et la fête de la musique pour proposer un gros événement conjoint plutôt que deux séries de concerts concurrentes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des rythmes guinéens de Alpha Rhythm Roots au mélange funk rock de Bombolessé ou Reggaeton et urbain-monde de XLA en passant par la French pop d’Amélie Lefebvre, les organisateurs de la Franco-Fête ont concocté un beau programme qui saura vous tenir en haleine jusqu’au concert de Kaïn le samedi soir, juste avant le spectacle pour couches–tards des Acadiens de Radio-Radio, mix entre le hip-hop et la musique électro.

Pour ce qui est de la Fête de la musique, L’Alliance française, représentée lors de la présentation par Dominique Denis a également joué la carte de la diversité avec la dub de Jaffa Road, les sonorités latino-arabes de Joanna Moon, le jazz du Dave Neil Jazz Trio, les rythmes africains du musicien Tamsir Seck, avant de terminer sur une note blues avec Paul Reddick et Philipe Flahaut en concert final le dimanche à 17h.

Si la présidente de la Franco-Fête reconnaît avoir un gros défi à relever après l’édition 2008 réussie et les 12 000 personnes qui y ont assisté, elle se déclare «confiante d’avoir autant de monde que l’an passé et compte sur le fait que les gens savent maintenant que c’est un gros festival».

Il s’agit maintenant de faire une grosse campagne de communication auprès des médias et de tenter de rallier un public plus large que les francophones si, comme le martelait Mélanie Tremblay, la Franco-Fête aspire à devenir un des gros festivals de Toronto.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur