Journée internationale de la femme: une Oasis dans le désert de silence

Partagez
Tweetez
Envoyez

«Des femmes fortes font la force du monde.» Le thème de la Journée internationale de la femme du Canada, s’il fait écho à ces quelques dames qui font parler d’elles de par le monde, rappelle surtout que le combat pour l’égalité des sexes et le droit des femmes passe par chacune d’entre elles. L’organisme Oasis Centre des femmes célébrait donc à sa manière, avec une pièce de théâtre sincère, les exploits ordinaires de ces femmes qui ont osé prendre le contrôle de leur vie.

«Les petits gestes ont souvent de grands impacts», soulignait Josée Guibord, présidente du Conseil d’administration d’Oasis Centre des femmes, lors de la soirée de l’organisme pour célébrer la Journée Internationale de la femme. «En réalité notre force est collective, et nous vient de notre solidarité.» L’idée d’écrire, de réaliser une pièce de théâtre et de la faire jouer ensuite par les membres de l’organisme corroborait donc parfaitement cet état d’esprit.

À travers les discours émus et les quelques rires d’enfants ressortait de cette pièce de théâtre juste et sincère, très bien interprétée, un parfum féminin d’espoir et de générosité. Mais aussi le souffle vivifiant de l’engagement solidaire, de l‘entraide et du changement.

Oasis Centre des femmes accueille depuis dix ans les francophones qui sont victimes de violence, qui sont immigrantes, nouvelles arrivées, réfugiées ou à la recherche d’un emploi. Sous des principes de respect, d’intégrité, de féminisme et de justice sociale, l’organisme a pour objectifs d’améliorer la situation des femmes de l’Ontario et d’éliminer la violence qui leur est faite.

Surtout, il offre une oreille, un soutien (au 1-877-femmaide, jour et nuit) et des services en français de qualité à ces femmes en difficulté. Parce que si les femmes sont fortes, elles sont bien souvent isolées. Elles enfantent le monde, mais le monde les déchante.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Ça fait 100 ans qu’on réclame des meilleurs salaires!» Tatjana Sekulic, directrice générale d’Oasis Centre de femmes, rappelait les origines de cette Journée internationale: une initiative du Parti socialiste américain qui entraîna dès 1909 une célébration en l’honneur du sexe féminin sur tout le territoire des États-Unis.

L’année suivante, l’Internationale socialiste réunie à Copenhague instaurait une journée à caractère international consacrée à la femme.

Une longévité qui ne contraste que trop avec la réalité, quand on sait qu’au Canada les salaires des femmes sont encore bien inférieurs à ceux des hommes, et que seulement 10% des femmes victimes d’agression sexuelle le signalent à la police. Selon l’association, une femme sur cinq est ou sera susceptible d’être victime de violence.

Comme le montrait la pièce écrite, jouée et réalisée par les membres d’Oasis Centre des femmes, le non-dit règne et la pression sociétale s’ajoute au poids de la douleur physique et psychologique.

Aussi, selon le Fonds des Nations Unies pour la population (2005), «la violence sexiste est peut-être la violation des droits humains la plus répandue et la plus tolérée par la société.(…)

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Elle reflète et en même temps renforce les inégalités entre hommes et femmes et compromet la santé, la dignité, la sécurité et l’autonomie de ses victimes».

Prisonnières du silence, ces femmes abusées par leur conjoint vivent pourtant des drames que leur peine ne suffit à contenir, 40% d’entre elles déclarant la présence de leur enfant lors de l’acte de violence. Et dans la moitié de ces cas, elles affirment avoir craint pour leur vie. Une journée de fête pour un quotidien de labeur.

Mais si étaient soulignées l’importance de la déstigmatisation des femmes elles-mêmes, la valeur de leur force et de leur courage, le rôle des hommes n’était pas oublié. On remerciait ceux qui ont aidé, et Sophie Dallet, membre de l’organisme, affirmait que «nous pourrions tous être sur scène ce soir, nous sommes tous concernés».

Une journée internationale qui s’affiche donc comme une commémoration des femmes qui ont fait l’histoire et un encouragement à celles – et ceux – qui l’écriront… le tout dans une ambiance festive et entraînante.

En plus de la pièce de théâtre, le groupe Nouvel Exposé–Saba rythmait la soirée à l’hôtel Drake lundi soir dernier, par des danses traditionnelles et endiablées, qui firent lever le public pour une danse joyeuse et collective, sous les sourires et les youyous chaleureux des femmes musulmanes. L’illustration parfaite d’un élan enthousiaste vers un avenir plus égalitaire.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur