Josée Duranleau, une artiste dans l’âme

L’art de Josée Duranleau, fait de collages et d’encres, est le fruit d’une réflexion.

4 juin 2013 à 11h43

On la connaissait musicienne, elle qui a étudié la flute à l’Université de Toronto dans sa jeunesse, et qui a fait partie du groupe de percussions brésiliennes SambaSquad de 1998 à 2008. Elle est aussi relationniste pour plusieurs artistes et organisations. Mais on n’ignorait que Josée Duranleau était aussi peintre. C’est ce que nous avons découvert la semaine passée lors de l’exposition Sunnyside Beach Juried Art Show à Toronto.

2008: le tournant

Josée Duranleau est pleine d’ambition, pleine d’espoir quand il s’agit de peinture même si elle avoue qu’elle «ne s’attendait pas à ça», elle qui peint depuis seulement un an et qui connaît déjà un franc succès.

En effet, en 2008, Josée Duranleau se marie et comprend que tout va changer dans sa vie et qu’il est temps de passer à autre chose; la musique lui demandant trop de temps.

Elle range ses tambours brésiliens, met la flute au placard, et se munit d’une palette et de pinceaux.

«Je n’ai jamais fait de peinture dans ma jeunesse si ce n’est la création de quelques cartes de souhaits, dans ma vingtaine qui explique d’ailleurs aujourd’hui ma passion pour le collage. L’été dernier, mon mari m’a dit “Je pense qu’il est temps que tu peignes“, et c’est ainsi que tout a commencé. Pour ma première vente en novembre, j’ai réussi à vendre trois tableaux sur six, et cela m’a encouragé à continuer», nous raconte-t-elle.

Déjà une quarantaine de tableaux

En un an, Josée Duranleau a déjà accompli de nombreuses choses dans le monde de la peinture.

Elle a déjà peint une quarantaine de tableaux, divisée en trois séries d’œuvres: Les Buddha, Les Années 20 et une collection mettant à l’honneur sa mère Jacqueline. Pour tous ces ouvrages, le processus reste le même.

Elle commence par chercher des idées, rechercher des images sur Internet, changer leur grandeur. Ensuite, la deuxième phase consiste à découper puis coller les images.

Enfin, à l’aide de peinture acrylique, d’encres, de pochoirs, de tampons et parfois de transferts d’images, l’œuvre nait.

«J’aime le résultat. Il y a une découverte constante avec les collages», dit-elle.

Concernant sa série sur Les Buddha, elle poursuit: «c’est le calme que je ressens quand je travaille avec ces images, une paix intérieure, et j’espère que les gens qui regardent mes tableaux ressentent cette même sérénité.»

Josée Duranleau use en tout cas parfaitement de cette équanimité pour s’épanouir dans la peinture, et dans l’art en général, sa seconde nature.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur