Jeux parapanaméricains de 2015: voir la performance avant le handicap

Partagez
Tweetez
Envoyez

À Londres, les Jeux olympiques ont connu un succès retentissant et le seul événement qui peut lui faire un peu de concurrence se trouve être la version paralympique des Jeux. Pour la première fois, le public a fait des Jeux paralympiques une fête quasiment aussi importante que les Jeux traditionnels.

Depuis une vingtaine d’années, les athlètes de sport para ont prouvé qu’ils pouvaient rivaliser à très haut niveau, s’attirant la reconnaissance des médias et du grand public.

En 2015, Toronto accueillera les plus grands jeux parapanaméricains de l’histoire, avec plus de 1500 athlètes de 28 pays, qui vont se battre pour des médailles dans 15 sports. Pour que tout se passe pour le mieux, le Comité paralympique international rendait visite à Toronto2015 la semaine dernière, pour visiter les installations existantes, et surtout vérifier que tout était sur de bons rails.

De belles perspectives

«On en est vraiment à poser les fondations pour le moment», indique Xavier Gonzalez, le directeur général du Comité paralympique international, rencontré jeudi dernier dans les locaux de Toronto2015 dans le bâtiment Corus sur la rue Queensquay.

Pour cette première visite officielle, le Comité a tenu à se pencher sur les progrès effectués par Toronto2015 depuis le lancement des travaux et de l’organisation.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«On regarde différents aspects comme les transports publics, les installations sportives. On a pu voir de bons progrès et ce comité organisateur à Toronto a réussi à intégrer des personnes d’expérience qui ont travaillé à Londres ou à Vancouver. On peut ressentir cette expérience et on voit l’importance que Toronto2015 donne à l’événement», explique le DG du Comité paralympique international.

Oublier le handicap

Outre les problématiques liées à l’accessibilité des futurs sites sportifs, Xavier Gonzalez et son équipe ont pu apprécier le travail de Toronto2015 en matière de promotion de l’évènement, qui demande un peu plus d’efforts que les Jeux classiques.

Le fait que les Jeux se tiennent au Canada représente un avantage important pour le Comité international paralympique puisque le pays une tradition forte d’inclusion des personnes avec des handicaps.

S’il reste de la place pour des améliorations, Toronto2015 semble sur les rails de la réussite en ce qui concerne l’aspect para des Jeux.

D’ailleurs, ce côté «para» a tendance à disparaître chez les personnes qui vont voir les épreuves tant le niveau est élevé dans les sports.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«On parle de très haute performance ici. On joue de manière différente, avec des règles différentes, mais les gens sont toujours surpris par la qualité du jeu. Ils oublient que les sportifs ont des handicaps», souligne Xavier Gonzalez.

Selon lui, l’augmentation de la couverture médiatique, du financement, des équipements, était prévisible à court ou moyen terme, mais ce qui a fait que les sports para ont obtenu autant de visibilité récemment vient surtout de l’amélioration extraordinaire des performances des athlètes.

«Ça, on ne s’y attendait pas du tout», tient-il à préciser.

Le futur

Après Londres, les clubs sportifs ont connu un pic d’inscriptions de la part de jeunes avec des handicaps, qui avaient découvert qu’il existait de nombreux sports qu’ils pouvaient pratiquer.

«On veut aussi que les jeunes sortent de chez eux et jouent, à différents niveaux, mais que leur handicap ne soit pas un frein», précise le DG du Comité paralympique international.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

D’ailleurs, de plus en plus de gens espèrent qu’un jour, Jeux olympiques et paralympiques ne feront plus qu’un. «Si la question est posée, c’est que nous avons beaucoup progressé. Personne n’aurait dit ça il y a 20 ans», sourit Xavier Gonzalez.

Malheureuse coïncidence, le jour de l’entrevue, on apprenait que «Blade Runner» aka Oscar Pistorius, la star paralympique sud-africaine qui avait concouru avec les valides au 400 m et au 200 m à Londres, était arrêté comme suspect pour le meurtre de sa compagne par arme à feu.

«Oscar a été très important pour nous, de Pékin à Londres. C’était une image proéminente de notre sport dans le monde. Je ne peux pas dire que ça n’aura pas d’impact pour nous, mais j’espère qu’à Londres nous avons montré suffisamment pour que le mouvement continue sur sa progression», lâche Xavier Gonzalez, très marqué par la nouvelle.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur