Jean Charest à l’école Saint-Charles-Garnier

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’école secondaire catholique Saint-Charles-Garnier, à Whitby, a accueilli mardi dernier un visiteur de marque: l’ancien premier ministre québécois Jean Charest, dans le cadre d’un projet ayant comme thème «le Canadien le plus influent».

Une élève, sa nièce, a choisi M. Charest, rapporte l’enseignant Éric Veilleux. L’ancien premier ministre a donc eu la gentillesse de partager ses expériences des trente dernières années avec 24 élèves de 10e année du cours d’Histoire du Canada depuis la Première Guerre mondiale.

Démontrant ses qualités d’orateur, M. Charest a captivé l’attention et l’intérêt des élèves avec une brève explication de son cheminement personnel. Il a fait un bilan de son enfance à Sherbrooke, de ses débuts politiques dans le gouvernement fédéral de Brian Mulroney, de sa participation au référendum québécois de 1995 (dans le camp du non) et de ses fonctions comme premier ministre du Québec.

M. Charest a répondu à de nombreuses questions sur le rôle du Canada sur la scène internationale, les défis de la vie politique et même le métier d’avocat.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Toujours selon le compte-rendu d’Éric Veilleux, M. Charest s’est notamment dit très chanceux d’avoir servi en politique. «Si on m’offrait la chance d’être milliardaire aujourd’hui au lieu d’être politicien, sans doute je choisirais encore la politique». Cette démonstration de passion a grandement impressionné les élèves.

Par la suite, M. Charest a pris le temps de questionner chaque élève sur leur sujet d’étude (leur «Canadien le plus influent»): Brian Mulroney, Ralph Klein (ancien premier ministre de l’Alberta) et le sénateur Roméo Dallaire, en partageant des anecdotes personnelles.

Enfin, M. Charest a offert quelques conseils de vie. Il a valorisé l’importance de demander de l’aide. Il a précisé l’importance des mentors dans la vie de chacun, surtout dans les périodes de transitions. Avec grande humilité, il a confié qu’il a eu plusieurs mentors dans sa vie.

L’école lui a remis un ballon de soccer signé par les élèves, puisque Jean Charest serait un grand partisan de soccer et même un ancien gardien de but.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur