«Je veux que mes vêtements donnent de la puissance aux gens»

Le design psychologique d'Igor Elie-Pierre

Igor Elie-Pierre

Le styliste Igor Elie-Pierre a présenté sa nouvelle collection, Eyeseeyou, à la Vancouver Fashion Week.


22 octobre 2018 à 12h00

Récemment exposé lors de la Vancouver Fashion Week et de l’événement d’art contemporain Fashion Art of Toronto, Igor Elie-Pierre commence à se faire un nom dans le milieu de la mode canadienne.

Son travail a cela de particulier qu’il s’intéresse avant tout à l’effet psychologique de ses vêtements. Sa démarche multiartistique lui confère également une spécificité intrigante.

La psychologie du design

Le jeune styliste d’origine haïtienne a étudié le design d’intérieur à Moncton, dans le Nouveau-Brunswick. Il s’est installé à Toronto il y a deux ans afin de profiter des nombreuses opportunités qu’offre la ville pour se produire.

«Je m’intéresse à la façon dont le design influence le mode de pensée des gens. C’est pourquoi j’ai d’abord voulu me spécialiser dans le design commercial», explique-t-il.

Finalement, il décide de se tourner vers la mode: «C’est un médium qui me permet de toucher plus de personnes de tous les âges. Lorsque tu portes un habit original, tu peux non seulement renvoyer aux autres une certaine image de toi-même, mais tu te sens aussi différent.»

Igor Elie-Pierre
La nouvelle collection Eyeseeyou d’Igor Elie-Pierre.

Eyeseeyou

L’idée de sa collection Eyeseeyou lui est venue de la photographie. «Lorsque je fais de la photo, je crois toujours que personne ne me remarque, mais je me rends compte en regardant mes clichés après coup qu’il y a toujours une personne qui me voit la prendre en photo».

Il a donc voulu faire cette collection pour tous les gens qui voudraient être vus et que le monde fait semblant de ne pas voir. «Tout ce qui se passe dans le monde et que les gens décident d’ignorer, ça me fait mal en un sens.»

«En créant des vêtements qui attirent l’œil, je permets aux personnes qui les portent de pouvoir être vues. Je veux qu’elles se sentent puissantes, qu’elles aient davantage confiance en elles», nous confie-t-il.

Igor Elie-Pierre
Le styliste Igor Elie-Pierre et l’une de ses mannequins.

Des matériaux et couleurs qui attirent l’attention

Igor Elie-Pierre tire ses idées du monde qui l’entoure. Il aime observer les gens et essayer de comprendre leur état d’esprit.

C’est surtout à travers les activités de rue qu’il puise ses inspirations: la musique, le street art, la photographie, et notamment le rara, carnaval haïtien. Lors de cet événement, les participants se parent de vêtements brillants qui attirent l’attention.

La collection Eyeseeyou explore elle aussi différents matériaux qui renvoient un message fort à ceux qui portent le vêtement, ainsi qu’à ceux qui voient le vêtement porté. «J’utilise des matériaux contemporains comme le vinyle, le PVC, mais aussi le satin ou le cuir».

Côté couleur, on retrouve dans le travail d’Igor Elie-Pierre une palette très dynamique: du bleu royal, du rouge vif, ou du rose.

Igor Elie-Pierre
La nouvelle collection Eyeseeyou d’Igor Elie-Pierre.

Une technique unique

Le styliste combine plusieurs arts afin de réaliser ses vêtements. «D’abord, je prends des photos. Je m’inspire ensuite de celles-ci pour faire des peintures. Puis, je scanne ma peinture et rajoute éventuellement des éléments sur l’ordinateur. C’est seulement après que j’imprime le motif sur des matières premières. Enfin, j’effectue des collages avec mes tissus colorés et des tissus unis. J’aime effectuer des contrastes avec le noir.»

«De mon point de vue, c’est l’assemblage des couleurs qui donne du sens à mon travail. Je ne prends mes photos qu’à partir de celles-ci. On peut les voir comme des habillements à part entière.»

Igor Elie-Pierre
Le styliste Igor Elie-Pierre.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur