Les intellectuels de gauche, une espèce en voie de disparition?

Ramin Jahanbegloo invité pour tenir conférence sur le sujet

Ramin Jahanbegloo

Ramin Jahanbegloo


30 janvier 2017 à 18h08

Jean-Paul Sartre disait que «l’intellectuel est quelqu’un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas». Est-il donc toujours crédible de parler d’intellectuels de nos jours?

Pour Ramin Jahanbegloo, philosophe politique et directeur du Centre Mahatma Gandhi d’études pour la non-violence et la paix, c’est une espèce en voie de disparition.

En effet, alors que les siècles derniers a vu émerger des intellectuels comme Zola et Sartre, Ramin Jahanbegloo voit aujourd’hui la figure de l’intellectuel changer avec la société: «l’opulence matérielle a remplacé la préoccupation politique», a-t-il livré d’un air grave à l’Alliance française de Toronto la semaine dernière.

Les intellectuels sont en crise, ils ne luttent plus, ils sont en déclin, dit-il. Le philosophe politique déplore chez les intellectuels modernes l’absence de «passion politique» du genre de celle qui se manifestait encore il y a 50 ans. «Désormais, pour correspondre aux attentes de la culture de masse, les intellectuels se mettent à écrire des bouquins sur le bonheur», déplore-t-il.

On est loin du propre de l’intellectuel, qui se doit être un «penseur citoyen» pour Ramin Jahanbegloo. C’est par son action de création culturelle, en intervenant au sein de l’espace public que l’intellectuel doit entrer dans l’arène politique: «l’intellectuel défend une vérité face au pouvoir afin d’y résister», selon le philosophe.

Ramin Jahanbegloo reste optimiste, notamment face à la montée des nationalismes, qu’il désapprouve. Pour lui, c’est le devoir de l’intellectuel qui, par une pensée critique par rapport à l’ère du temps, doit «se battre contre les injustices».

Ramin Jahanbegloo s’imagine en effet que, dans nos sociétés en proie aux doutes et face à des partis politiques prônant le protectionnisme et l’intolérance, des voix vont s’élever et développer une forme de contre-pouvoir actif et pacifique. Ainsi, il est encore temps de sauver ce qu’il considère comme les vrais intellectuels et de redévelopper notre esprit critique.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur