Les intellectuels de gauche, une espèce en voie de disparition?

Ramin Jahanbegloo invité pour tenir conférence sur le sujet

Ramin Jahanbegloo
Partagez
Tweetez
Envoyez

Jean-Paul Sartre disait que «l’intellectuel est quelqu’un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas». Est-il donc toujours crédible de parler d’intellectuels de nos jours?

Pour Ramin Jahanbegloo, philosophe politique et directeur du Centre Mahatma Gandhi d’études pour la non-violence et la paix, c’est une espèce en voie de disparition.

En effet, alors que les siècles derniers a vu émerger des intellectuels comme Zola et Sartre, Ramin Jahanbegloo voit aujourd’hui la figure de l’intellectuel changer avec la société: «l’opulence matérielle a remplacé la préoccupation politique», a-t-il livré d’un air grave à l’Alliance française de Toronto la semaine dernière.

Les intellectuels sont en crise, ils ne luttent plus, ils sont en déclin, dit-il. Le philosophe politique déplore chez les intellectuels modernes l’absence de «passion politique» du genre de celle qui se manifestait encore il y a 50 ans. «Désormais, pour correspondre aux attentes de la culture de masse, les intellectuels se mettent à écrire des bouquins sur le bonheur», déplore-t-il.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

On est loin du propre de l’intellectuel, qui se doit être un «penseur citoyen» pour Ramin Jahanbegloo. C’est par son action de création culturelle, en intervenant au sein de l’espace public que l’intellectuel doit entrer dans l’arène politique: «l’intellectuel défend une vérité face au pouvoir afin d’y résister», selon le philosophe.

Ramin Jahanbegloo reste optimiste, notamment face à la montée des nationalismes, qu’il désapprouve. Pour lui, c’est le devoir de l’intellectuel qui, par une pensée critique par rapport à l’ère du temps, doit «se battre contre les injustices».

Ramin Jahanbegloo s’imagine en effet que, dans nos sociétés en proie aux doutes et face à des partis politiques prônant le protectionnisme et l’intolérance, des voix vont s’élever et développer une forme de contre-pouvoir actif et pacifique. Ainsi, il est encore temps de sauver ce qu’il considère comme les vrais intellectuels et de redévelopper notre esprit critique.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur