Inondations en Inde:des milliers de personnes évacués par les militaires

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 11h50 HAE, le 22 juin 2013.

GOVINDGHAT, Inde – Des militaires se sont affairés samedi sur les berges accidentées et les gorges près de l’Himalaya, dans le nord de l’Inde, afin d’évacuer des dizaines de milliers de personnes prisonnières des inondations et des glissements de terrain provoqués par la mousson, qui ont déjà fait près de 600 morts.

Le mauvais temps et les pluies diluviennes prévues pour les deux prochains jours ne font qu’ajouter à l’urgence de porter secours aux quelque 22 000 personnes toujours coincées dans l’État de l’Uttrakhand, a soutenu le ministre fédéral de l’Intérieur, Sushilkumar Shinde.

Les hélicoptères ne pouvant secourir qu’un petit nombre de personnes à la fois, des soldats avaient dégagé une autre route samedi pour rejoindre le village de Kedarnath, dans la région la plus durement touchée par les inondations qui sévissent depuis près d’une semaine.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Plus de 80 000 personnes ont été évacuées, par voie aérienne ou terrestre, dans les secteurs les plus sévèrement affectés depuis le début des opérations de sauvetage, a indiqué en fin de journée samedi le porte-parole de l’Uttrakhand, Amit Chandola.

Plus tôt dans la journée, au moins 7000 résidants ont été transportés par les forces aériennes et des hélicoptères privés jusqu’à Derhadun, la capitale de l’État d’Uttrakhand, a-t-il poursuivi.

Des vivres, de l’eau potable et des médicaments ont été envoyés dans les nombreux camps de réfugiés installés pour accueillir les sinistrés arrivant des régions montagneuses, notamment des touristes, le temps que d’autres arrangements soient faits pour ces derniers afin qu’ils puissent rentrer à la maison. Les autorités dressaient également la liste de résidants dont les maisons ont été emportées en vue d’éventuelles compensations financières.

Vendredi, des centaines de personnes avaient manifesté à Dehradun pour dénoncer la lenteur que le gouvernement mettrait à évacuer les survivants.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur