Il n’y a rien au pôle Nord

Partagez
Tweetez
Envoyez

Il n’y a rien d’économiquement important au pôle Nord. Ni pétrole, ni gaz, ni même une petite île. À moins que le bureau du premier ministre canadien n’ait des informations sur le père Noël qui auraient échappé aux scientifiques.

Le pôle Nord, c’est un point sur une carte, et rien de plus, explique Heather Exner-Pirot, de l’Université de la Saskatchewan et directrice de l’annuel Arctic Yearbook.

C’est un point au milieu de l’océan, puisque l’Arctique est un océan, recouvert à cet endroit d’une couche de glace de 3 mètres d’épaisseur qui ne fond jamais, même en été. La terre la plus proche, l’île Kaffeklubben, est à 700 km de là, près du Groenland.

Quant aux réserves gazières et pétrolières de l’Arctique, aussi approximatives qu’en soient nos connaissances, les cartes dressées par les géologues les montrent immanquablement sous la forme de quatre ou cinq grandes taches, dont deux de part et d’autre du Groenland, une troisième au nord de l’Alaska et du Yukon, et une autre au nord de la Russie et de la Scandinavie.

Les extrémités les plus nordiques de ces bassins sont à des centaines de kilomètres du pôle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’est ce qui explique la surprise causée par de récents propos du ministre canadien des Affaires étrangères. Alors que le Canada déposait aux Nations Unies le rapport censé contenir les justifications scientifiques pour la portion qu’il réclame de l’océan arctique — comme la Russie et la Norvège l’ont déjà fait — le premier ministre aurait demandé à ses scientifiques de refaire leurs devoirs afin d’y inclure le pôle Nord.

Dans les mots du ministre John Baird: «Nous avons demandé à nos responsables et scientifiques de faire un travail additionnel pour s’assurer qu’une revendication de l’entièreté d’une plaque continentale dans l’Arctique inclut les revendications canadiennes sur le pôle Nord.»

Le rapport de l’équipe d’experts, dirigée par Jacob Verhoef, responsable de la cartographie de l’Arctique, aurait pu contenir les arguments géologiques plausibles — l’extension imprécise de la plaque continentale qui court sous l’Arctique — par lesquels le Canada pourrait réclamer une tranche de l’océan Arctique. Mais le bureau du premier ministre lui aurait demandé de trouver d’autres arguments géologiques.

Une position qui est intenable, a notamment réagi Michael Byers, auteur de Who Owns the Arctic? Understanding Sovereignty Disputes in the North. C’est de l’ingérence dans un processus scientifique, s’est plaint le chercheur ontarien James Manicom, pour qui ça lance un lourd processus de révision qui, à la commission des Nations Unies sur les limites des plateaux continentaux, pourrait s’étendre sur 10 à 20 ans.

Le document préliminaire déposé aux Nations Unies le 9 décembre ne parle essentiellement que des réclamations canadiennes sur l’Atlantique, avec une seule mention de l’Arctique.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur