Houellebecq l’insoumis

Partagez
Tweetez
Envoyez

Paru, comme on le sait, le jour de la tuerie à Charlie Hebdo, le roman Soumission, de Michel Houellebecq, est une parabole sur l’islamisation de la France, dans laquelle il poursuit sa formidable décortication de la médiocrité, du cynisme et de la lâcheté chez l’homme occidental moderne.

C’est le thème de son oeuvre depuis Extension du domaine de la lutte (1994) et Les particules élémentaires (1998), même si ce portrait (autoportrait?) cède le haut du pavé au récit dans La possibilité d’une île (2004) et La carte et le territoire (2010).

La psychologie avait repris ses droits dans Soumission, mais l’actualité l’a complètement occultée au profit du débat autour de la vraisemblance de son histoire d’élection d’un président musulman en France en 2022, et des réformes rétrogrades qui sont adoptées par la suite.

Une fois qu’on a passé par-dessus la curieuse délinquance dans la ponctuation (trop de virgules là où ça prendrait des points, comme dans cette parenthèse, je n’avais pas remarqué ça dans ses romans précédents, c’est comme si l’éditeur n’avait pas osé toucher au manuscrit original du monstre sacré), on se prend autant à juger son protagoniste, heureusement plus corrompu que la plupart d’entre nous (n’est-ce pas?), qu’à supputer les chances de succès d’un candidat islamiste à une future élection présidentielle française.

Contrairement à ce qu’il a fait pour l’économie dans La carte et le territoire et pour la génétique dans La possibilité d’une île, Houellebecq présume que la vie quotidienne en général et les communications en particulier n’évolueront pas tant que ça au cours de la prochaine décennie. Par exemple, quelqu’un remet à notre protagoniste une carte de visite comportant pas moins de deux numéros de fax. Je doute fort que le télécopieur et les cartes d’affaires, déjà en voie de disparition, soient encore en vogue en 2022.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Quant au scénario politique de Soumission, c’est clairement de la provocation, par ailleurs assez divertissante et que les Français ont bien cherchée. Houellebecq s’amuse à distribuer des rôles plus que mineurs, minables, à Manuel Valls, François Bayrou, Marine LePen, ainsi qu’à certains journalistes vedettes, voire à toute la classe politico-médiatique française actuelle.

Mais il doit savoir que la révolution tranquille islamique qu’il nous annonce est hautement improbable, surtout dans le peu de résistance qu’elle rencontre dans ce pays où n’importe quelle réformette proposée par le gouvernement du jour, de droite ou de gauche, suscite toujours une opposition massive.

Justement, répond-il, l’islamisme transcenderait les notions de gauche et de droite…

Et comme c’est titré Soumission (triple-entendre ici, puisque c’est aussi le sens du mot «Islam»: soumission à Dieu), il faut bien que la France se soumette! L’homme occidental moderne de Houellebecq, lui, achève de se soumettre à l’organisation du travail, à la mode, au confort, à l’atomisation de la société. Ça aussi, ça se discute, mais une autre fois.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur