Harcèlement sexuel: l’éveil de l’astronomie

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’astronomie est à nouveau secouée, non par une, mais par deux histoires de harcèlement sexuel.

Dans la première, l’Institut de technologie de Californie (Caltech) a suspendu sans salaire un professeur d’astrophysique qui avait admis être amoureux de l’une de ses étudiantes… et l’avoir renvoyée pour cette raison.

Caltech a choisi de suspendre le chercheur pour un an, en attendant de voir s’il pouvait se «réhabiliter».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des parallèles ont également été faits avec la grosse histoire de harcèlement sexuel en science de 2015, qui impliquait aussi un astronome, le Californien Geoff Marcy.

Celui-ci avait été l’objet de plaintes remontant aux années 2000, mais son institution avait également été critiquée pour s’être, dans un premier temps, contentée d’un «avertissement». Marcy a démissionné en octobre.

Par ailleurs, le 12 janvier une élue démocrate à Washington a réclamé une loi qui obligerait les universités à partager ce genre d’informations. Elle révélait alors l’existence d’une enquête de 2004 autour d’un chercheur de l’Université de l’Arizona, lui aussi en astronomie, qui a depuis déménagé dans une autre institution.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur