Habitants et résidents


5 mars 2013 à 10h40

Un lecteur me faisait récemment la remarque, par le biais d’un courriel fort sympathique, que certains journaux écrivaient le terme «résident» avec un «e», alors que d’autres employaient systématiquement «résidant» avec un «a». Il se demandait lequel des deux commettait une faute. La réponse n’est pas simple…

Il y a quelques années, une grande question s’est posée dans la salle de rédaction du Nouvelliste, le quotidien pour lequel je travaille, à Trois-Rivières.

Pendant longtemps, on écrivait toujours le mot «résidant» avec un «a» pour parler des personnes qui habitent en un lieu donné. On écrivait par exemple: «Une soixantaine de résidants du quartier ont signé la pétition pour empêcher le changement de zonage…»

La plupart des autres médias québécois faisaient de même. Mais après avoir consulté différents ouvrages et différentes recommandations, j’ai proposé à mes patrons de privilégier l’emploi de «résidents» avec un «e».

Situation floue

Pour plusieurs journalistes qui ont toujours écrit «résidants», c’était une petite révolution. Dans un journal, le mot «résidant» ou «résident» est fréquemment employé.

L’emploi de «résidant» avec un «a» était en quelque sorte logique puisque calqué sur un mot qui est presque synonyme: «habitant». N’écrit-on pas, après tout : «Les habitants de l’Ontario choisiront bientôt un nouveau gouvernement»? L’emploi de «résidant» était ainsi privilégié, compte tenu de la similitude de la terminaison et du sens.

Les dictionnaires usuels ne sont pas absolument clairs sur ce flottement orthographique. Le Robert nous dit que le nom et l’adjectif «résidant, résidante» signifie: «qui réside (en un lieu)». Et on donne comme exemple: «les résidants d’une maison de retraite». La définition est semblable dans le Larousse, mais on indique que les deux graphies sont acceptées.

Quant à «résident, résidente», le Robert énumère quelques sens possibles: un diplomate envoyé par un État auprès d’un gouvernement étranger, une personne établie dans un pays autre que son pays d’origine, une personne qui réside dans un ensemble d’habitations (par exemple les résidents d’une cité universitaire), ou un interne de médecine générale ou spécialisée.

Lieu de résidence

Il fallait donc chercher ailleurs. L’Office québécois de la langue française est plus clair.

Dans sa Banque de dépannage linguistique, une fiche est réservée à l’emploi de «résident» et de «résidant».

L’OQLF nous dit ceci: «On écrit résident et résidente, avec un e, quand ce mot est employé comme nom ou comme adjectif pour désigner ou qualifier une personne qui habite en un lieu donné.» Et les exemples sont clairs. On mentionne notamment: «Les résidents de Montréal sont allés aux urnes.»

Une capsule sur le site web de l’Office québécois de la langue française nous éclaire davantage. On y indique que «la position de l’Office vise à simplifier l’analyse qu’on en fait».

Il est donc proposé d’utiliser l’orthographe résident ou résidente pour désigner ou qualifier toute personne qui réside dans un lieu donné. Il faudrait donc écrire: les résidents d’un quartier, d’un centre d’hébergement, d’un foyer, etc. Ce sera également le cas pour les médecins résidents ou encore pour le statut de résident permanent.

Participe présent

En fait, la volonté de simplifier se traduit par le fait de laisser la graphie «résidant» à l’emploi du participe présent du verbe résider, lequel exige un adverbe ou un complément de lieu. Comme dans: «Les personnes résidant à l’extérieur du Canada…» ou encore «Les citoyens résidant à proximité des grands axes routiers…»

La logique derrière cette règle est équivalente à celle de «président» et de «présidant».

Pourtant, le nom et le participe présent dérivés du verbe «habiter» ne suit pas cette règle. On n’écrit pas «les habitents de Sudbury», mais bien «les habitants».

C’est peut-être ce qui explique le flottement dans l’usage. Il arrive même, lorsque des textes de La Presse sont repris dans dans Le Nouvelliste, que l’orthographe diffère, puisque la rédaction de La Presse privilégie «résidants». Alors il pourrait très bien arriver – et ça s’est sans doute déjà produit – de voir les deux graphies dans un même journal, sauf si l’œil aguerri des pupitreurs ou des correcteurs s’est arrêté sur ce mot et que ces derniers ont fait la correction, qui n’en est pas vraiment une…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur