Glendon s’attaque à la pénurie de profs de français langue seconde

Une activité à Glendon l'an dernier. Au micro: le principal Ian Roberge.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le campus bilingue Glendon de l’Université York veut remédier à la pénurie de professeurs de français langue seconde (FLS) en Ontario et au Canada en créant un «pôle de mobilisation du savoir» dans ce domaine.

C’est en fait tout le secteur de l’enseignement du français – de base ou intensif – qui peine à recruter et retenir ces profs.

Réseautage

Étudiants, apprenants en formation continue et experts en la matière travaillent donc à la création d’un «pôle de partage des ressources, de l’expertise et des opportunités de réseautage».

L’objectif est d’encourager les étudiants à faire carrière dans l’enseignement du français. Glendon veut aussi aider les professeurs de français certifiés à l’étranger qui pourraient bénéficier de programmes de transition pour le marché local canadien et ontarien.

Des étudiants sur le campus Glendon.

Nouveau certificat

L’initiative comprendra un nouveau certificat de premier cycle en langue française et en engagement communautaire qui permettra d’acquérir les compétences nécessaires pour une carrière dans l’enseignement du FLS.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le pôle vise à offrir l’accès à un espace de recherche crucial sur le FLS et aux ressources éducatives libres (REL) sur l’enseignement et l’apprentissage du FLS qui aideront les éducateurs à établir des liens et à trouver du soutien dans les communautés d’apprentissage professionnelles.

Il permettra «d’approfondir les pratiques de coopération entre les partenaires universitaires, scolaires et non gouvernementaux de l’éducation en langue française».

Glendon veut aussi «alléger une partie du fardeau des écoles et des conseils scolaires qui utilisent souvent leurs propres ressources pour recruter et retenir les enseignants».

Muriel Peguret, Dominique Scheffel-Dunand, Mirela Cherciov.

Trois co-directrices

Le projet est co-dirigé par les professeures Muriel Peguret et Dominique Scheffel-Dunand, avec la chercheuse Mirela Cherciov. Il inclura une équipe de personnes engagées dans l’éducation, comme de futurs enseignants, des enseignants actuels, des enseignants de cours postsecondaires et des professeurs d’université.

Cet «accélérateur» a reçu un financement du ministère du Patrimoine canadien et a déjà commencé à déterminer les besoins et à concevoir des programmes innovants pour ses différentes cibles: élèves du secondaire, corps étudiant de Glendon, futurs profs de français, profs de français en service formés au Canada ou à l’étranger.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Réoutiller les enseignants

Le principal de Glendon, Ian Roberge, rappelle que «depuis de nombreuses années, Glendon joue un rôle central dans le développement des enseignants qui entrent dans le système d’immersion et d’enseignement du français langue seconde».

Ian Roberge

L’accélérateur mettra notamment à leur disposition des ressources de base pour les appuyer dans leurs activités quotidiennes.

«La position unique du campus Glendon en tant qu’important collège universitaire bilingue au sein de York, université de classe mondiale, en fait un partenaire postsecondaire idéal», a commenté Rob Oliphant, le député fédéral de Don Valley-Ouest, la circonscription dans laquelle se trouve Glendon, à l’angle des avenues Bayview et Lawrence.

«Alors que la demande de compétences bilingues ne cesse d’augmenter, ce pôle de connaissances canadien est un outil précieux pour recruter, retenir ou réoutiller les enseignants de FLS.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur