Gérer le mal chronique: c’est possible

Partagez
Tweetez
Envoyez

Une personne sur cinq souffre de douleur chronique. Selon Manon Choinière, chercheuse au Centre hospitalier de l’Université de Montréal, cette maladie n’est pas prise assez au sérieux, malgré de nombreux suicides. Pourtant, la douleur chronique a des impacts physiologiques et psychologiques importants: colère, sentiment d’injustice et grande anxiété. Les personnes atteintes voient leur vie basculer ce qui engendre également de nombreux problèmes de dépression.

Si la douleur aiguë a une fonction biologique de système d’alarme, ce n’est pas le cas pour la douleur chronique, dit la chercheuse. «Ce qui la distingue, c’est sa durée. Elle ne disparaît pas. Lorsqu’elle dépasse 3 mois ou est associée à une maladie chronique, telle que la fibromyalgie, on parle alors de douleur chronique. C’est généralement un dérèglement de notre système nerveux qui persiste à envoyer des signaux de douleur. C’est notre système inhibiteur interne qui est ici déficient.»

On peut gérer la maladie avec des médicaments ou plutôt une combinaison de médicaments — un antidouleur et un anti-inflammatoire, par exemple — pour agir sur les différentes composantes du mal. «Généralement, nous y allons graduellement en commençant par les analgésiques (acétaminophène, tylénol) jusqu’aux opiacés (codéine, morphine) tout dépendant du type de douleur et de son intensité. Des anticonvulsifs seront donnés pour les douleurs neuropathiques ou troubles électriques.»

Des antidépresseurs peuvent être également prescrits, même si la personne ne souffre pas de dépression, car il a été démontré qu’à dose faible, cela a un effet analgésique important. La douleur chronique reste très complexe, même une belle combinaison de molécules ne fonctionne pas toujours. La physiothérapie, un suivi psychologique et une hygiène de sommeil seront aussi importants.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le «gold standard», c’est une équipe multidisciplinaire au sein de la clinique de la douleur. Et il faut que le patient devienne un partenaire actif et pas seulement un consommateur de soins.

«Les attentes du patient sont souvent élevées», souligne Mme Choinière. «Il désire que le mal disparaisse complètement. Ce que nous visons, c’est l’amélioration de la qualité de vie de la personne et une diminution de la douleur assez suffisante pour lui permettre de retourner au travail et à ses activités. Nous travaillons avec le patient sur l’autogestion de la douleur chronique pour que ses attentes changent et pour trouver différents moyens avec lui d’accepter la douleur.»

www.sciencepresse.qc.ca

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur