Gage d’authenticité dans dix-neuf nouvelles

livre Michel Dufour, Lignes de vie
Michel Dufour, Lignes de vie, nouvelles, Montréal, Lévesque éditeur, collection Réverbération, 184 pages, 22,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Après huit publications – nouvelles et romans –, Michel Dufour éprouve encore une certaine pudeur à avouer qu’il écrit. Lorsque l’auteur précise qu’il publie des nouvelles, «on peine à comprendre». Il lui faut préciser «des nouvelles littéraires, des fictions courtes avec parfois un fond de vérité».

Dès que Dufour précise que ses textes ont en moyenne six pages, on se demande s’il manque d’imagination. «Non, j’en ai trop.» Il aime parler de la vie, il aime «quand le champ est vaste». Son sixième recueil, Lignes de vie, comprend dix-neuf nouvelles qui mettent en lumière les failles de notre époque.

Personnages insolites

Dans la première nouvelle, nous sommes dans une résidence pour personnes âgées, où les vieux sont parfois comme des enfants. «En tout cas, ça prend beaucoup de patience et de psychologie.» Plus loin, nous suivons le cheminement d’un cancre intimidateur qui devient missionnaire en Colombie, puis ermite. Rien de moins!

Plusieurs nouvelles sont écrites au «je», celui d’un homme qui est prêt à «désarçonner le lecteur», à abandonner toute explication rationnelle. Dufour reconnaît que «construire une trame narrative à partir d’un personnage qui refuse de se laisser approcher est périlleux, voire casse-cou».

L’ambition et le temps

Dans un texte, l’Ambition est le personnage principal. Son rôle est de donner des idées et de pousser au pied du mur. Ailleurs, «le temps n’a plus d’importance passé la frontière des souvenirs»; un grand-père veut transmettre ses souvenirs à sa petite-fille avant qu’ils ne fassent naufrage.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Comme j’ai moi-même publié des romans et des nouvelles, j’ai été sensible à l’histoire d’un imposteur, d’un faussaire, d’un plagiaire. J’ai déjà été tenté, comme ce personnage, de transposer les éléments d’une intrigue connue en modifiant des lieux, des noms de personnages et des répliques pour leur donner une couleur locale.

Le style de Michel Dufour est finement ciselé. À titre d’exemple, il écrit: «Le traumatisme de la disparition des siens avait laissé en lui des plaies vives qui étrangement, toutes en même temps, s’ouvraient, plantes carnivores impatientes de capturer leurs proies.»

Cohérence

Nous retrouvons dans ce recueil «une immense empathie, une infinie tendresse pour les personnages». Les dix-neuf nouvelles sont un gage d’authenticité et de cohérence chez un écrivain «pris au piège de ses obsessions».

Je paraphrase un passage dans le dernier texte pour souligner que l’auteur est porté à exprimer sa propre intériorité avec ses peurs, ses fantasmes et une large part d’inconscient.

Depuis trente ans, Michel Dufour cultive l’art de la brièveté. Certains de ses textes figurent dans des anthologies et sont étudiés dans les écoles.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur