Francoqueer fête ses deux ans

Partagez
Tweetez
Envoyez

Ce jeudi, le bar The Sailor de la rue Church a accueilli un anniversaire important pour la communauté francophone. L’organisme Francoqueer a fêté ses deux ans d’existence, en présence d’une cinquantaine de ses membres. Au programme, chanson française et réseautage, mais surtout bilan de deux années qui ont vu croître de manière exponentielle les actions et objectifs de l’association.

Avec plus de 500 membres au début 2008, Francoqueer s’est durablement installé comme l’un des organismes phares de la francophonie torontoise. De par son mandat comme de par son envergure naissante.

Créé il y a deux ans par une vingtaine de bénévoles sous l’impulsion de l’actuel président Marcel Grimard, Francoqueer est aujourd’hui un acteur essentiel en ce qui a trait à l’insertion sociale et professionnelle des gais, lesbiennes et transgenres francophones. Après deux années de travail intensif, Marcel Grimard est aujourd’hui ravi des échelons gravis par l’organismes: «Lorsque nous avons repris le mandat d’Arc en Ciel, la communauté était morose et l’association avait perdu son dynamisme. Nous devions reconstruire quelque chose. Nous avons d’abord pu constituer une excellente équipe de bénévoles, autour de laquelle s’est greffé une structure complète et organisée. C’était la base.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Au fil des mois, Francoqueer a noué des liens avec différents organismes torontois, comme l’ACFO-TO ou le Centre francophone de Toronto. En parallèle, ses membres ont multiplié les actions de lobbying auprès des autorités publiques, afin de négocier des subventions conséquentes.

La dernière en date, allouée par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée, devrait d’ailleurs permettre d’assurer les fonds de roulement de l’organisme pour plusieurs années, comme le souligne le président: «Les 150 000 dollars qui nous ont été remis par le ministre Smitherman serviront sur le long terme. Ils nous permettront de faire évoluer l’organisme sur une base solide, et de développer les outils qui nous permettent de rejoindre la communauté. Notre site Internet, qui atteint aujourd’hui les 80 000 clics par mois, profitera de ces évolutions, et nous continuerons à aller chercher des membres là où ils ne sont pas susceptibles de nous trouver. Nous devons continuer à travailler là-dessus pour que tous les francophones sachent qu’ils ont la possibilité d’obtenir ce genre de services en français.»

Et à moyen terme, même si Francoqueer souhaite avant tout s’assurer la bonne santé de ses fondations, des projets de plus grande envergure sont envisagés. Marcel Grimard évoque notamment le projet de création d’une maison qui accueillerait les membres malades pour leurs derniers jours, afin qu’ils puissent profiter des services de Francoqueer jusqu’aux derniers instants.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur