Fishbach: des musiques habitées

Les débuts d'un groupe français très prometteur


26 juin 2017 à 16h11

Après les Francopholie de Montréal, dans le cadre de sa première tournée nord-américaine, la chanteuse française Flora Fishbach est passée par l’Alliance française de Toronto le 19 juin. Toronto, où «l’énergie est nouvelle», nous dit-elle.

Entre pop et variété, le phénomène Fishbach a beaucoup d’atout: une voix androgyne, des textes habités et une présence scénique magnétique. Souvent comparée à Catherine Ringer et Christophe, elle préfère Balavoine et s’inspire du cinéma: «j’adore Harry Potter et Game of Thrones, les jeux vidéo comme Vice City, mais j’écoute aussi la techno belge et le soul des années 30.»

Découvrir de nouvelles choses, pour elle, c’est un exercice. Flora Fishbach est la chanteuse du groupe, mais c’est aussi la directrice musicale et artistique. Une très grande partie des morceaux ont été écrits par elle, ainsi que la composition des musiques. Une artiste complète qui s’inspire de ses «histoires d’amour foireuses et parfois géniales».

À 25 ans, elle sort son nouvel album À ta merci, le premier du groupe. «Mon exutoire, c’est la chanson. J’ai écrit des chansons au départ par nécessité. Une chanson, c’est un texto non envoyé, toute la part noire de moi, tous mes doutes sur la spiritualité, la mort.»

Fishbach

 Nouveau groupe

 Cela fait seulement six mois que le groupe est réuni, auparavant Flora Fishbach jouait en solo. «À quoi ça sert de vivre de belles choses, si c’est pour ne pas les partager, et ma musique avait besoin de vivre. Musicalement, avec le groupe, le son à beaucoup plus d’amplitude.»

Sa performance sur scène est qualifiée de schizophrénique. «Il y a un personnage sur scène, c’est moi, mais c’est différent de ce que je suis tous les jours. Je transmets ce que je suis par la musique, tous ce qui me travaille. Pourtant je ne me suis jamais autant senti moi-même que quand je suis sur scène.»

Un son unique

«On me donne des références parce qu’on ne me connaît pas encore, mais j’espère qu’un jour on dira que le son est Fishbach. Je m’inspire des choses de la vie, des expressions de mes amis ou des phrases que je lis dans la presse.»

«Je complexais d’écrire en français avant, étant donné notre héritage linguistique. Je suis vagabonde depuis mes 17 ans, la scène est ma maison. À travers un message personnel, on propose un message universel ou chacun peut se reconnaître».

 

 

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Irrigation sur commande pour réduire la consommation d’eau

Jared Stoochnoff AgInnovation
Il faut beaucoup de travail, et beaucoup d’eau, pour produire des arbres et des arbustes sains pour le secteur des plantes ornementales du Canada....
En lire plus...

16 février 2018 à 7h00

Objectif: une présence constante des langues officielles sur la place publique

Raymond Theberge CLO
La vision du nouveau CLO Raymond Théberge
En lire plus...

15 février 2018 à 10h00

L’épaulard capable d’apprendre des mots

Épaulard
Épaulards, baleines et dauphins utilisent une variété de sons pour communiquer entre eux
En lire plus...

15 février 2018 à 9h00

Le Roundup aussi cancérigène que l’amiante? On le saurait!

colza_Côte-d'Or_Bourgogne, Roundup, glyphosate
Si cet herbicide était aussi dangereux, on en aurait de meilleures preuves
En lire plus...

15 février 2018 à 7h00

Les écoles laïques réclament des règles d’admission «cohérentes» pour les écoles catholiques

Un Valentin qui n'est pas une déclaration d'amour...
En lire plus...

14 février 2018 à 16h24

Une chanson anglo-franco pour la Saint Valentin

Pour écrire Paris Amoureux, Mackenzie Kristjon a fait appel à la comédienne Iris Gardet-Hadengue
En lire plus...

14 février 2018 à 10h31

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur