Fierté acadienne: «Il faut une renaissance»

Île-du-Prince-Édouard

À l'ouverture du Congrès mondial acadien 2019.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Que reste-t-il du Congrès mondial acadien de l’été 2019? Plusieurs à l’Île-du-Prince-Édouard se posent la question. Dans les différentes régions, tout le monde veut croire que la fierté acadienne est encore là et n’attend qu’une étincelle pour se raviver.

Suzanne Buckland a les yeux qui pétillent quand elle évoque ce mois d’août 2019. La présidente du Conseil acadien et francophone de l’Est (CAFE), à Rollo Bay, parle d’une expérience révélatrice pour la communauté: «Il y avait des visuels aux fenêtres, les drapeaux acadiens étaient sortis, les enfants étaient fiers.»

Suzanne Buckland

À l’autre bout de l’Île, Monique Arsenault, qui dirige le Centre acadien de Prince-Ouest à Tignish, évoque une fierté acadienne regagnée l’année passée. «Elle avait été peut-être mise un peu de côté», analyse-t-elle.

La CoViD-19 a sapé l’énergie

Robert Frenette, vice-président du CMA 2019, confirme que partout où il passe, le congrès réveille la communauté.

«Je compare souvent l’atmosphère à l’Île à celle qu’il y avait en 1994, quand le congrès était dans le Sud-Est du Nouveau-Brunswick: il y avait eu un élan de fierté, les gens s’étaient sentis valorisés et capables de faire d’autres choses, comme un Sommet de la francophonie, un deuxième congrès avec l’Île», raconte-t-il.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Un an après, Suzanne Buckland aimerait dire que tout est pareil, mais pour elle, la pandémie a enrayé la dynamique gagnée l’été dernier. «La CoViD-19 a cassé l’énergie qu’il y a eu», abonde Maïté Mezierre, directrice du Centre Belle-Alliance à Summerside, qui s’attendait à relancer la saison touristique acadienne en avril.

Les décors sont toujours là

Suzanne Buckland en est persuadée, sans la CoViD-19, «nous aurions pu nous appuyer sur le CMA 2019 pour faire beaucoup plus».

Monique Arsenault, elle, pense que la fierté est encore là. Elle prend l’exemple des décors réalisés à l’occasion du CMA 2019, tels que les cages à homards aux couleurs de l’Acadie, toujours bien présentes dans la région de Tignish.

Andrea Deveau veut elle aussi rester optimiste. «La CoViD-19 a pris le vent des voiles, les liens tissés l’an passé», explique la directrice du Centre acadien de Rustico. «Je pense que l’étincelle est encore là, et qu’avec les activités annoncées, les gens vont la retrouver et ça va devenir une flamme!»

Congrès mondial acadien
Les Acadiens en fête.

«C’est en nous»

La directrice évoque le concert en plein air du groupe Sirène & Matelot, organisé le dimanche 26 juillet, auquel une cinquantaine de personnes ont assisté. «C’était pas la grande foule, mais il y avait des drapeaux acadiens partout, même chez les francophiles! La majorité des gens parlaient français», s’enthousiasme Andrea Deveau.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Elle reste cependant prudente: «Même après la levée des restrictions, je ne pense pas qu’on verra de grandes foules comme avant.»

Un sentiment partagé par Emma Billaux. Pour la directrice du Carrefour de l’Isle-Saint-Jean, à Charlottetown, «les gens ont envie de faire des choses, mais ont encore un peu peur. Ça va prendre quelques années avant de retrouver la vie sociale.»

Elle pense, comme Andrea Deveau, que le sentiment d’appartenance à la communauté acadienne ne va pas s’évanouir avec la pandémie. «Il faudra peut-être l’entretenir, mais c’est en nous! Qu’on soit Acadien ou qu’on l’ait découvert pendant le CMA, on ne pourra pas l’enlever aux gens», estime Emma Billaux.

Un mini-CMA pour réveiller l’Île?

Aux yeux de Robert Frenette, les Insulaires ont gagné, grâce au CMA, «de l’audace et plus de confiance» pour bâtir de nouveaux projets. En attendant, la prochaine date qui se profile à l’horizon est le 15 août, avec la fête nationale de l’Acadie.

Dans les centres régionaux, on organise différentes activités en respectant les consignes sanitaires. À Charlottetown, un concert extérieur dans les jardins est prévu, avec poutine au menu, pour une trentaine de personnes. À Summerside, un petit évènement sera retransmis en direct sur Facebook.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À Tignish, à la place du spectacle prévu, Monique Arsenault prévoit un concours de décors. Il y aura aussi des artistes en extérieur. «J’ai hâte!» ajoute la directrice du centre communautaire, persuadée que le public acadien sera au rendez-vous.

L’île Saint-Jean, devenue l’île-du-Prince-Édouard, sur les cartes des premiers explorateurs du continent. On célèbre en 2020 le 300e anniversaire de la présence acadienne sur l’île.

Un film

Surtout, un film sera projeté à Rustico à l’occasion du Island Drive-In Festival. «On s’est mis tous ensemble, les comités régionaux, la SSTA et le festival, raconte Andrea Deveau. Et on a pondu un mini-projet de 90 minutes, avec des artistes et des gens des régions pour parler de l’Acadie, de la culture, de la langue française.»

Le film sera projeté au Cymbria Lions Club avec notamment Rowen Gallant & Jesse Périard, Gadelle, Lennie Gallant, Patricia Richard, Vishtèn, Tim Chaisson, Victor & Cathy Doucette, Fayo, la famille Pergast et beaucoup d’autres à l’affiche.

Suzanne Buckland, elle, évoque le besoin d’un «mini-CMA» lorsque la COVID-19 sera dernière nous: «Il faut une renaissance, pour dire “Nous sommes toujours là”!»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur