Fernand Dorais fit de l’Ontario français un objet d’études


17 avril 2012 à 10h17

Fernand Dorais (1928-2003) est connu pour deux essais très franco-ontariens: Entre Montréal… et Sudbury et Témoins d’errances en Ontario français. Son œuvre littéraire est cependant beaucoup plus vaste. Elle comprend nombre d’articles et causeries, voire quelques œuvres de création. Gaston Tremblay se fait le mémorialiste de Dorais en réunissant et présentant tous ces écrits. Le premier volume du Recueil de Dorais renferme les essais.

Né à Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec), éduqué chez les jésuites, Fernand Dorais entre au noviciat en 1949 et fait le vœu suivant: «Aime à vivre inconnu et à n’être compté pour rien.»

Il sera, en effet, un homme œuvrant dans l’ombre. Ordonné prêtre jésuite en 1961, il arrive à Sudbury en 1969 pour enseigner au Département d’études françaises et de traduction, à l’Université Laurentienne; il y fera carrière jusqu’à sa retraite en 1993. Il ne quittera jamais la Société de Jésus. Son décès survient en 2003.

Fernand Dorais est arrivé à Sudbury juste au moment où on commençait à parler d’identité franco-ontarienne, en opposition à la traditionnelle vision canadienne-française. Il participe activement à une prise de parole en «rupture viscérale et radicale avec tout ce qui avait été jusqu’alors».

Les années Dorais à Sudbury sont celles de la naissance des Éditions Prise de parole, du Théâtre du Nouvel-Ontario, de La Nuit sur l’étang et de la Coopérative artistique du Nouvel-Ontario (CANO). Le professeur Dorais a souvent œuvré en coulisse de cette mouvance franco-ontarienne des années 1970.

«À l’instar de Socrate, Fernand Dorais se voulait un praticien de la maïeutique, dont le rôle est d’aider les personnes qui le consultent à accoucher de leurs pensées ou de leur projet de vie», précise Gaston Tremblay.

Les textes réunis dans Le recueil Dorais, volume 1, peignent le portrait d’un adversaire acharné de la censure, d’un ardent défenseur de la liberté d’expression et d’une figure de proue du mouvement intellectuel franco-ontarien.

En parcourant ces textes, on se rend compte que Fernand Dorais fut l’un des premiers à faire de l’Ontario français un objet d’études. Le penseur jésuite s’exprime sur une variété de phénomènes littéraires, sociaux, culturels et scientifiques.

Le recueil de Dorais, volume 2, paraîtra en 2012 et réunira ses textes de fiction. L’un d’eux sera Trois contes d’androgynie, qui comprend l’Hermaphrodismes que Prise de parole a publié en 1978 sous le pseudonyme de Tristan Lafleur. Fernand Dorais a toujours affirmé que ce livre avait paru sans sa permission.

De par son contenu homosexuel, Hermaphrodismes était jugé trop osé en 1978. Fernand Dorais a donc acheté tous les exemplaires en stock et les a brûlés dans l’incinérateur de la résidence des jésuites à l’Université de Sudbury. Le volume 2 est vivement attendu.

Le recueil de Dorais, volume 1 – Les essais, textes réunis et présentés par Gaston Tremblay, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2011, 600 pages, 39,95 $.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Climat: Radio-Canada échoue à son propre quiz

climat, changements climatiques, réchauffement de la planète
Radio-Canada présente une série de reportages sur des démarches citoyennes et politiques mises de l’avant pour «réduire l’impact écologique de l’activité humaine», accompagnée d'un...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur