Exploitation pétrolière dans les trois océans: pas si vite

Plateforme de forage près de l'île Santa Catalina, en Californie. (Photo: arbyreed / Flickr)

Plateforme de forage près de l'île Santa Catalina, en Californie. (Photo: arbyreed / Flickr)


13 janvier 2018 à 8h00

Le gouvernement Trump a réouvert la semaine dernière à l’exploitation pétrolière et gazière la majeure partie des eaux de l’Atlantique, du Pacifique et de l’Arctique qui sont riveraines des États-Unis. Mais que ces régions soient soudainement ouvertes à l’exploitation ne veut pas dire qu’il y aura exploitation.

C’est «la plus grande expansion de permis d’exploitation pétrolière et gazière maritime jamais proposée par le gouvernement fédéral», ont rapidement résumé les médias. Et des environnementalistes promettent déjà de s’y opposer, par la voie des tribunaux.

Même des gouverneurs républicains, en particulier sur la côte Est, ont réagi négativement à l’arrivée éventuelle de nouvelles plateformes de forage dans leur arrière-cour.

Or, de telles oppositions, politiques ou judiciaires, pourraient signifier des retards, voire des blocages, pour ceux qui auront acheté des permis d’exploitation entre 2019 et 2024.

Et encore faut-il qu’ils veuillent vraiment utiliser les permis qu’ils auront achetés: le prix très bas auquel se maintient le baril de pétrole rend pour l’instant tout nouveau forage en mer trop coûteux pour être rentable. C’est encore plus vrai là où il faudrait construire à partir de zéro des infrastructures, des ports jusqu’aux plateformes en passant par de nouvelles routes, dans le cas de l’Arctique.

Et c’est encore plus vrai si on parle de régions, dans l’Atlantique, où il faudra d’abord dépenser quelques milliards rien qu’en exploration — puisqu’on ignore pour l’instant où il faudrait exactement forer.

Au 20e siècle, rien de tout cela ne rebutait les multinationales du pétrole, qui s’étaient habituées à des investissements à long terme: il pouvait s’écouler plus de 10 ans entre le début des travaux et les premiers profits.

Mais au 21e siècle, alors que de plus en plus de gouvernements tentent de réduire leur dépendance au pétrole, il est plus difficile pour ces compagnies de prévoir à quoi ressembleront les marchés et les politiques environnementales dans 10 ans…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Incursion en terre berbère

La vallée de l'Ourika dans les Monts Atlas au Maroc.
Dans la vallée de l’Ourika
En lire plus...

15 janvier 2018 à 10h00

Isabelle Fleury à L’heure de pointe

Isabelle Fleury
De Sudbury à Toronto
En lire plus...

15 janvier 2018 à 9h30

Une nouvelle Clinique de psychothérapie francophone

Monique Ryan, Isabelle Bonsaint, Catherine Desjardins.
Trois Torontoises passionnées
En lire plus...

15 janvier 2018 à 9h00

Une nuit de débats sur le sommeil

Un débat dans le cadre de la Nuit des idées à Berlin l'an dernier.
Une initiative française mondiale à l’Université de Toronto
En lire plus...

15 janvier 2018 à 8h00

Ne pas être Kathleen Wynne: le principal atout de Patrick Brown?

Patrick Brown
Élections en Ontario le 7 juin
En lire plus...

15 janvier 2018 à 7h00

Les Libéraux misent gros sur le salaire minimum

HotBlack Coffee au 245 rue Queen Ouest.
La campagne des élections du 7 juin est commencée
En lire plus...

15 janvier 2018 à 6h00

L’examen théorique de conduite en arménien

permis-de-conduire-g1
21e langue
En lire plus...

15 janvier 2018 à 5h30

Les absents ont toujours tort?

Résultats de recherche d'images pour « empty teacher desk »
Un milliard économisé ici, un milliard encourru là...
En lire plus...

15 janvier 2018 à 5h00

La variété met du piquant dans la vie

Steve Zinger et Rob Bianchin dans leur entrepôt de Blendtek, qui abrite des centaines d’ingrédients, comme de l’huile de tournesol biologique à haute teneur en acide oléique. (Photo: Kinsey Winger)
Protéine de chanvre et de citrouille, farine de céréales anciennes, huile de tournesol, sirop de riz brun...
En lire plus...

15 janvier 2018 à 1h00

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt?

C'est plutôt le nombre d'heures et la qualité du sommeil qui comptent. (Photo: Wattanaphob | Dreamstime)
C'est plutôt le nombre d'heures et la qualité du sommeil qui comptent
En lire plus...

14 janvier 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur