Escapade à Édimbourg

Edimbourg Ecosse

10 juillet 2017 à 11h42

Certainement l’une des plus élégantes villes européennes, Édimbourg invite à la flânerie dans sa mosaïque de quartiers médiévaux, façades géorgiennes, parcs et bois. L’occasion de découvrir une ville toute en contraste, riche en histoire et architecture.

Mon premier ressenti en arrivant à Édimbourg est mon infinie petitesse face à l’imposante forteresse qui se dresse sur son rocher volcanique en plein cœur de la ville. Majestueuse, ceinturée de remparts, elle guette les nouveaux venus et veille sur sa population.

Sa taille ne diminue pas alors qu’on s’en approche et qu’on pénètre son enceinte. Les statues de William Wallace et de Robert de Bruce, de chaque côté du pont levis, célèbrent les héros écossais et nous plonge dans le temps des révoltes et des braves.

Edimbourg Ecosse

Vue imprenable

Du haut de ce promontoire, la vue sur Édimbourg est imprenable. Flâner dans le château (XIIe-XVe siècle) et tout autour est un plaisir pour qui aime les bâtiments médiévaux et gothiques.

La Cathédrale Saint Gilles, l’Église Sainte Marie et le Scott Monument, entre autres, sont un régal à cet égard. On se perd dans le temps à l’intérieur de cette vieille ville au caractère médiéval affiché.

Les monuments sont noirs, couverts de pollution depuis plusieurs siècles, et offrent un aspect austère tandis que les parcs et les arbres en fleurs en cette saison proposent un contraste rafraîchissant. Le parc sous Waverley Bridge, qui servait autrefois d’égout, est une promenade bien agréable au pied du château.

En contraste, la ville nouvelle, construite entre 1767 et 1890 avec un style néoclassique et de grands espaces, propose une ambiance autre, vivante, plus effervescente. Princess Street et Grassmarket seront les endroits où flâner pour magasiner ou manger en terrasse, observer les gens et se divertir.

Je me rends compte au gré de mes pas, que quel que soit le lieu, la place, l’artère, Édimbourg est un paradis pour le visiteur. De taille raisonnable, la ville se parcourt à pied, surtout quand le ciel est au bleu.

Edimbourg Ecosse

Écrivains

Est-ce un hasard si le roman L’étrange cas de Dr Jeckyll et de Mr Hyde puisa ses sources à Édimbourg? En s’inspirant du personnage ambigu de William Brodie qui fut pendu au XVIII, l’écrivain natif d’Édimbourg, Robert Louis Stevenson, semble en fait peindre une métaphore de la capitale écossaise entre richesse et pauvreté, héritage moyenâgeux et bourgeoisie huppée.

Sir Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes, donna naissance à son héros à Édimbourg, influencé par de nombreuses personnalités édimbourgeoises.

Dans la vieille ville, sur Royal Mile, on peut visiter à l’intérieur de la magnifique demeure de Lady Stair, construite en 1622, le musée des écrivains, dédié à la vie et à l’œuvre des trois écrivains les plus importants de l’histoire d’Écosse: Sir Walter Scott, Robert Burns y Robert Louis Stevenson.

Une occasion de vivre et d’appréhender Édimbourg sous un autre angle, celui de la fiction, des mots et de la création, rappelant que la capitale écossaise est un haut lieu culturel, notamment avec son fameux festival international, rendez-vous incontournable des amateurs et professionnels de la danse, l’opéra, la musique et du théâtre, pendant trois semaines au mois d’août.

Si, en hiver, les histoires et la musique se partagent en vase clôt dans les pubs ou les maisons, dès les beaux jours, c’est dans la rue qu’on se laisse absorber par des spectacles vivants, des orchestres et diverses démonstrations.

Édimbourg invite les amoureux d’histoire, d’art et de culture à venir faire un tour de ce côté-ci de l’Atlantique et de découvrir une des villes les plus intéressantes d’Europe.


Bon à savoir: le Motel One est idéalement situé en face de la gare Waverley et offre un parfait point de départ d’excursions dans la ville.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassestkaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

À millénial, millénial et demi

Le nouveau chef du NPD canadien, Jagmeet Singh.
Nos trois chefs politiques fédéraux sont «jeunes»
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h25

Maître Jesse Gutman

Maître Jesse Gutman
Agent de grief au Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h20

De plus en plus facile d’obtenir la citoyenneté canadienne

citoyennete
On n'a même plus besoin de vouloir résider au Canada.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h15

Francophonie des Amériques: des liens qui se multiplient

centre_franco_ameriques_logo
On est 33 millions dans le Nouveau Monde
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h10

Le lac Érié à nouveau envahi par les algues

L'ouest du Lac Érié, le 26 septembre. (Photo: NASA)
Au banc des accusés: les engrais utilisés par les fermiers.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h05

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur