Entretien avec France Gélinas, critique des Affaires francophones au NPD

Quand on veut, on peut


12 octobre 2010 à 11h47

«La plupart du temps, mes demandes aboutissent», prétend la députée provinciale néo-démocrate France Gélinas, porte-parole de l’opposition sur les Affaires francophones, qui insiste sur le fait qu’en matière de respect de la Loi sur les services en français, beaucoup de choses n’ont pas été faites.

Fin septembre, France Gélinas, critique du NPD sur les questions francophones, a évoqué la question des plaques d’immatriculation ontariennes portant les inscriptions en français suite à une plainte d’un habitant de Hanmer, près de Sudbury, qui a voulu se procurer une plaque personnalisée portant le slogan en français «Tant à découvrir».

Après avoir constaté que l’on ne peut obtenir de plaque personnalisée avec le slogan en français, il a décidé d’en parler à la députée provinciale qui a immédiatement agi.

«J’ai contacté la ministre des Transports pour parler de ça, elle était sympathique à la cause, elle s’est rendu compte qu’il y avait une injustice. Elle m’a recontactée cette semaine en disant que ça allait peut-être changer.»

Bonnes intentions et inaction

«Personne n’y avait jamais pensé», explique France Gélinas, qui soulève le problème principal de la Loi sur les services en français selon elle: «Cette Loi est une bonne intention qui ne se traduit pas par des bonnes actions. La plupart du temps ils sont ouverts, mais pas proactifs. Il y a 20 ans, c’était le temps de prioriser les choses. En 20 ans, les choses de troisième priorité auraient dû être faites, mais il reste beaucoup à faire», soutient-elle.

La bonne nouvelle, apparemment, est que de nombreuses questions sont résolues assez rapidement. «La plupart du temps les demandes portent leurs fruits. Des fois ça prend deux jours, une semaine ou un mois», souligne-t-elle, afin de montrer que ce n’est pas si compliqué d’appliquer cette loi.

Dépliant unilingue

Ceci soulève aussi une autre question: «Pourquoi ils ne l’ont pas fait eux-mêmes?»

En effet, il semble que si personne ne demande l’application de la Loi sur les services en français aucune initiative ne sera prise de la part du gouvernement.

France Gélinas rappelle d’ailleurs le scandale du dépliant d’information unilingue sur la grippe H1N1: «Ça a demandé une dépense importante et ils n’ont même pas pensé à le faire traduire». Elle ajoute que c’est elle qui avait soulevé la question.

Concernant les autres dossiers sur lesquelles elle a travaillé, elle évoque celui de la taxe de vente harmonisée. Les documents d’informations ne contenaient rien en français au départ.

«Il y a eu de grosses dépenses pour la communication, des dépliants, le site web, les vidéos. Rien en français. J’ai souligné ce problème et ça a été changé», explique la députée de Nickel Belt.

Services de santé en français

L’un des dossiers en cours est celui des Réseaux locaux d’intégration des services en français (RLISS).

«Depuis longtemps les francophones avaient leurs quatre réseaux de services de santé en français qui couvraient toute la province. Lorsque les RLISS ont été créés, on s’est battu pour qu’ils communiquent avec ces réseaux», rappelle-t-elle. À présent les RLISS, anglophones, demandent à ce que ces réseaux francophones se transforment pour rencontrer les normes du ministère de la Santé et des soins de longue durée.

«Les réseaux francophones devraient plutôt prendre le mandat de relation avec la communauté francophone, mais garder la même structure», considère France Gélinas.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Sherif américain et tueur en série

Roy Braverman
Hunter montre comment un tueur en série peut en cacher un autre… tandis que L’esquive est une enquête des plus noires sur l’enlèvement d’un...
En lire plus...

17 décembre 2018 à 9h00

Le perroquet est aux oiseaux ce que l’humain est aux grands singes

On savait déjà que le perroquet était un animal intelligent. Voilà qu’on lui trouve des caractéristiques génétiques qui, chez nous, sont associées au développement...
En lire plus...

17 décembre 2018 à 7h00

Un film de Noël franco-ontarien

TV5
Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, toutes les chaînes de télévision diffusent des téléfilms de Noël. Le 18 décembre,...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 15h00

Que célèbre-t-on vraiment le 25 décembre?

On peut fort légitimement se demander ce qu'on célèbre le 25 décembre, tant l'obscurité de la nuit des temps entoure la naissance de Jésus...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 13h00

Cinq coups de cœur de notre chroniqueur

Paul-François Sylvestre
Au cours de l’année 2018, j’ai recensé environ soixante ouvrages pour L’Express. C’est maintenant le moment de vous faire part de mes coups de...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 11h00

Cadeau de Noël inespéré

Michel Peyramaure
Certains romans méritent de sortir de l’oubli et d’être réédités. L’orange de Noël, de Michel Peyramaure, figure parmi ceux-ci.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Daniel Poliquin

Apprenez-en plus sur Daniel Poliquin.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 7h00

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur