Enquête sur les attaques de drones américains

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 14h35 HNE, le 24 janvier 2013.

Un expert des Nations Unies a lancé jeudi une enquête spéciale sur l’utilisation militaire de drones et les attaques ciblées, que les États-Unis utilisent comme armes de première ligne dans la guerre qu’ils mènent contre al-Qaïda.

Le Pakistan est l’un des pays à avoir réclamé l’enquête. Celui-ci s’oppose à l’utilisation de drones américains sur son territoire, car il y voit une violation de sa souveraineté. D’aucuns indiquent cependant que le Pakistan a déjà autorisé certaines frappes dans le passé.

Plusieurs Pakistanais soutiennent que des civils innocents ont été tués par des drones, une allégation que les États-Unis démentent.

D’autres autres pays ont réclamé l’enquête, mais ils ont simplement été identifiés comme deux membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les assassinats et les blessures de civils en lien avec des attaques de drones sur de prétendues cellules terroristes seront au coeur de l’enquête menée par l’avocat britannique Ben Emmerson, également rapporteur spécial des Nations Unies sur la lutte contre le terrorisme et les droits de l’homme.

M. Emmerson devrait présenter les résultats de son investigation à l’Assemblée générale au cours de l’année.

Des drones au Congo

Par ailleurs, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé jeudi l’utilisation de drones de surveillance dans l’est du Congo afin d’étudier les déplacements des milices et d’organiser ses missions de maintien de paix plus efficacement.

Dans une lettre publiée jeudi, le président du Conseil de sécurité indique au Secrétaire général, Ban Ki-Moon, que les membres du conseil insistent sur le fait que les avions d’espionnage robotisés seront utilisés au «cas par cas» et que la décision n’établira pas de précédent quant à la perception des Nations Unies sur «les implications légales, financières et techniques de l’utilisation de systèmes aériens téléguidés».

Il n’est pas prévu que les drones de surveillance envoyés au Congo soient munis de missiles.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur