Engagement militaire, désengagement environnemental

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le premier ministre de l’Australie, John Howard, est venu au Canada récemment vanter… les États-Unis. Devant les deux chambres du Parlement, Howard s’est présenté comme un ami et un allié «unapologetic» des États-Unis, une superpuissance dont l’action, selon lui, est généralement bénéfique pour l’humanité.

C’est vrai, si on insiste sur le mot «généralement»…

Sous John Howard, qui a des détracteurs féroces chez lui et qui, comme Stephen Harper, a longtemps été sous-estimé avant d’être élu, l’Australie a suivie les États-Unis en Irak et n’a pas signé le Protocole de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre.

Coïncidence qui n’en est pas une, les commentaires vivifiants du premier ministre australien survenaient au lendemain de l’adoption au Parlement (par quatre votes!) d’une résolution prolongeant de deux ans le mandat militaire canadien en Afghanistan et d’un abandon de plus en plus franc et «unapologetic» des engagements irréalistes pris à Kyoto par le Canada sous Jean Chrétien.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En campagne électorale, les Conservateurs ont promis des politiques anti-pollution plus efficaces et des initiatives de réduction des gaz à effet de serre «made in Canada», façon polie de confirmer que les objectifs de Kyoto (réduire nos émissions de 6% par rapport aux quantités de 1990, alors que nous les avons augmentées de presque 30%) étaient des promesses d’ivrogne.

Stephen Harper a fait bondir Stéphane Dion, l’ex-ministre de l’Environnement aujourd’hui candidat à la chefferie du Parti Libéral, en disant qu’en matière de gaz à effet de serre, le gouvernement devait pratiquement recommencer à zéro.

Bush, Howard et Harper se sont fourvoyés en Irak – et le NPD a raison de souligner la contradiction entre l’engagement militaire et le désengagement environnemental – mais ils semblent mieux conseillés sur Kyoto… et de plus en plus «unapologetic».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur