En février c’est banane plantain et twerk endiablé

Mois de l’Histoire des Noirs

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le lancement franco-torontois du Mois de l’Histoire des Noirs a eu lieu samedi à la cathédrale Macédono-Bulgare. Février s’annonce épicé! Le traditionnel mois où l’on célèbre la culture «black» promet de belles manifestations culturelles cette année. Organisé par différentes associations francophones, cet événement va faire twerker le Canada au rythme des djembés africano-antillais.

C’est le Centre francophone de Toronto (CFT) qui a ouvert le bal avec cette soirée placée sous le signe des richesses culinaires de l’Afrique et des Antilles. Samedi la neige avait recouvert Toronto d’un blanc immaculé, peaux noires sur fond blanc: une image et un moment tout à fait pittoresque.

Plus qu’un événement, une tradition

«C’est une fête célébrée au Canada et aux États-Unis depuis de nombreuses années», explique Sophie Bernier, coordonnatrice du volet culturel du CFT.

«C’est un mois où l’on souligne l’importance de la contribution des gens qui sont venus d’Afrique et des Antilles, et qui ont aidé à bâtir le pays», dit-elle. «On veut reconnaître leur grande contribution au développement du pays.»

Régal pour les yeux et le ventre

Une tradition que les Canadiens ont à cœur dans la capitale multiculturelle du pays. Sénégal, Congo, Guadeloupe, Afrique du Nord, Antilles… toutes les communautés noires étaient à l’honneur samedi et le seront encore pendant le mois.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Les gens viennent de partout, et c’est pour ne pas qu’ils oublient d’où ils viennent. Il faut mettre l’accent sur le souvenir», déclare Sabine Raboteur, superviseure des relations communautaires et des communications au CFT.

Le mot d’ordre pour cette soirée de lancement était le partage.

Se réunir autour de plats typiques et voyager sur les continents noirs. Banane plantain, poisson grillé, couscous, piments antillais, beignets, musique, danse et défilé de traditionnels boubous. Une soirée colorée. Un régal pour les yeux et les ventres!

Le premier maire noir

D’autres rendez-vous historico-culturels sont prévus. Mentionnons une exposition photographique: Monestime, a Photo Exhibit Celebrating the Life of Canada’s First Elected Black Mayor.

Il s’agit d’une rétrospective de la vie du Dr Saint Firmin Monestime, médecin d’origine haïtienne et premier Canadien noir à avoir été élu maire de sa ville, Mattawa, en 1964. L’exposition photographique retrace la vie de cet homme au parcours incroyable, du 17 au 23 février à l’Hôtel de Ville de Toronto.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Alliant à la fois histoire et art cette exposition est un des points forts du Mois des Noirs. La vie du Dr Saint Firmin Monestime est gorgée de souvenirs étonnants. Il fut le seul médecin présent lors du massacre des Haïtiens en République dominicaine, en 1937. Cela lui valut la récompense de la Légion du Mérite haïtien pour son dévouement durant cette crise.

Élu premier maire noir sous la bannière du Parti progressiste conservateur du Canada, le Dr Saint Firmin Monestime fit construire une maison de retraite pour la minorité amérindienne de la Nation des Algonquins.

D’autres événements auront lieu au cours de février: musique, cinéma avec le Festival du Film Black de Toronto ou encore l’hommage rendu à Dany Laferrière le 24 au Théâtre français de Toronto. Nos écoles de langue française organisent également une foule d’activités sur le thème. Par ailleurs, le Centre francophone a mis en vente des cartes postales mettant en vedette cinq personnalités historiques noires.

Les saveurs de la culture «black» débarquent de 1001 façons à Toronto. Vous n’avez plus d’excuses.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur