Élections fédérales: un résultat identique aux élections de 2004?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Selon un sondage Ekos La Presse Toronto Star publié samedi dernier, les Libéraux de Paul Martin se lanceront dans la campagne électorale avec une avance de 10 points sur les Conservateurs de Stephen Harper, un scénario presque identique à celui du scrutin de 2004, qui avait résulté en un gouvernement libéral minoritaire.

Dans le sondage Ekos Research réalisé entre le 22 et le 24 novembre pour le compte de La Presse et du Toronto Star auprès de 802 Canadiens de plus de 18 ans, le Parti libéral du Canada (PLC) mène la course au pays avec 38,7% des intentions de vote, suivi par les Conservateurs de Stephen Harper avec 29,4%, le Nouveau Parti démocratique (NPD) de Jack Layton avec 16,9% et le Bloc québécois avec 10,6%.

La marge d’erreur du sondage est de plus ou moins 3,5 points, 19 fois sur 20.

Selon le président de la maison Ekos Research, Frank Graves, «l’effet Gomery» s’est considérablement atténué depuis la publication le 1er novembre du rapport sur le scandale des commandites.

«Les Libéraux sont revenus là où ils étaient avant la publication du rapport du juge Gomery au début du mois», a constaté Frank Graves.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Par ailleurs, si l’on compare ce sondage à celui fait par la même maison au début de juin 2004, en pleine campagne électorale, les positions respectives des partis sont pratiquement similaires. À cette époque, les Libéraux se dirigeaient vers un gouvernement minoritaire avec 38% d’appuis alors que les Conservateurs suivaient à 30,4%. Le NPD recueillait pour sa part 18%.

Au scrutin du 28 juin 2004, les Libéraux avaient remporté 36,7% des voix alors que les Conservateurs recueillaient 29,6%, le NPD 15,7% et le Bloc 12,4%. On peut donc conclure, pour l’instant, que les Canadiens font face à une copie carbone du scénario de 2004.

Même si le sondage de cette semaine est encourageant pour les Libéraux de Paul Martin en Colombie-Britannique (43%), dans les provinces de l’Atlantique et en Ontario, où ils sont particulièrement forts (46%), Ekos Research souligne que les marges d’erreur sont beaucoup plus grandes lorsqu’il s’agit de résultats régionaux. Il faut donc considérer ces données régionales avec réserve.

Le sondage Ekos-La Presse-The Toronto Star révèle par ailleurs que 56 % des Canadiens estiment que le pays va dans la bonne direction. Par contre, 49 % des personnes interrogées croient que le gouvernement, lui, va dans la mauvaise direction.

Ces facteurs seront déterminants pour l’issue du scrutin, a estimé Frank Graves. « Même si beaucoup de Canadiens sont désillusionnés face aux libéraux après 12 années de pouvoir, dit-il, leur satisfaction relative face à la direction que prend le pays pourrait les inciter à ne pas trop brasser la cage et à les garder au pouvoir.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Par ailleurs, les Canadiens ne veulent pas se prononcer sur le candidat qui ferait le meilleur Premier ministre. Ainsi, seulement 21 % d’entre eux choisissent Paul Martin contre 12 % pour Stephen Harper et 8 % pour Jack Layton.

Sur la question de la souveraineté du Québec, le sondage constate la différence de perception entre le Québec et le reste du Canada. Alors que 53 % des Québécois sont d’avis que le Québec ne fera plus partie du Canada d’ici cinq ans, 68 % des Canadiens pensent le contraire.

«Les attentes d’une séparation du Québec chez les Québécois, a commenté Frank Graves, sont beaucoup plus grandes maintenant que lors de la période qui a précédé le référendum de 1995. Cependant, si jamais une autre crise sur l’unité éclatait, le reste du Canada la traverserait avec apathie, soit par indifférence, soit par fatigue ou déni de la réalité. Les Canadiens, ailleurs, ne se rendent pas compte de ce qui se passe au Québec. »

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur