Éducation internationale: une occasion de promouvoir nos communautés

Partagez
Tweetez
Envoyez

La Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) du Canada voit un potentiel intéressant dans la nouvelle stratégie en matière d’éducation internationale, annoncée récemment par le ministre du Commerce international, Ed Fast.

Ottawa compte consacrer 10 millions $ sur deux ans à des activités de marketing international, y compris des plans ciblés pour des marchés prioritaires, une promotion plus solide d’une image de marque cohérente du Canada en matière d’éducation et une stratégie sophistiquée de marketing sur le Web.

La stratégie propose aussi d’investir 13 millions $ sur deux ans dans le programme Mitacs Globalink pour attirer les étudiants les plus prometteurs de partout dans le monde vers les universités canadiennes et donner aux étudiants canadiens la chance de saisir les possibilités de formation à l’étranger;

Enfin, dans le dernier budget fédéral, on annonçait des investissements de 42 millions $ sur deux ans pour accroître la capacité de traitement des demandes croissantes aux termes du Programme des résidents temporaires.

Pour la FCFA, «cette stratégie peut et doit appuyer les efforts des communautés en matière d’immigration francophone. Il s’agit notamment d’une belle occasion de promouvoir ces communautés auprès des étudiants internationaux, ainsi que les possibilités d’étudier dans les établissements postsecondaires francophones et bilingues à l’extérieur du Québec», explique la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les étudiants internationaux de langue française sont une source importante d’immigrants potentiels au sein de nos communautés, et les autres qui retournent dans leur pays d’origine y deviennent souvent des ambassadeurs de nos communautés», poursuit-elle. «Quand on ajoute à cela toute la richesse de la diversité culturelle et des compétences spécialisées qu’ils contribuent, les retombées pour nos communautés sont exponentielles.»

Au cours des derniers mois, les intervenants en immigration francophone ont d’ailleurs souligné l’importance de mettre en œuvre une stratégie intégrée pour recruter, accueillir et retenir les étudiants internationaux d’expression française, qui ne sont pas actuellement admissibles, au même titre que les résidents permanents, aux services d’établissement.

On compte au nombre de ces intervenants la Table nationale de concertation communautaire en immigration francophone. 

À cet égard, la FCFA trouve «encourageant» que le ministère des Affaires étrangères, Commerce et Développement s’engage à mettre de l’avant une démarche coordonnée et harmonisée avec d’autres institutions fédérales et avec les gouvernements provinciaux et territoriaux. «Cela correspond tout à fait aux priorités exprimées par nos intervenants en immigration francophone lors de la Conférence en établissement, en novembre dernier.»

Le lobby politique des francophones hors Québec estime que la stratégie devrait inclure, parmi les marchés visés, une grande variété de pays de la Francophonie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur