Ecoloodi veut sensibiliser les enfants aux menaces qui pèsent sur l’eau


22 juin 2015 à 16h43

L’eau est une ressource vitale et pourtant, à ce jour, elle reste inégalement répartie sur l’ensemble de la planète. Nombreuses sont les populations qui souffrent d’un manque d’accès à l’eau potable – et ce problème est loin d’être le seul auquel elles doivent faire face.

Selon Ludiwine Clouzot, fondatrice de l’organisation à but non lucratif Ecoloodi, l’inégal accès aux installations sanitaires fait partie des principales menaces qui pèsent sur la santé humaine. «Avant le problème de l’eau potable, il faut résoudre celui du manque d’installations sanitaires. Beaucoup de pays n’ont pas les infrastructures nécessaires pour y faire face», explique-t-elle en entrevue à L’Express.

«L’eau permet d’avoir une économie, une société et une vie saines. Le manque d’accès aux installations sanitaires est l’un des plus gros problèmes que rencontrent les pays africains», confirme Tyler Mifflin, l’un des deux célèbres Water Brothers, présent lors de la campagne d’Ecoloodi mardi dernier au CSI Annex, rue Bathurst.

Ayant l’espoir de voir un jour les choses évoluer, Ludiwine Clouzot cherche, à travers son organisation, à éduquer et à sensibiliser les jeunes enfants sur les menaces liées à l’eau et sur la nécessité de préserver cette ressource.

«Les enfants ont un esprit très ouvert et ce sont les dirigeants de demain. De plus, si nous voulons faire changer les adultes, c’est par les enfants que nous pouvons y arriver.»

L’organisation propose ainsi plusieurs jeux aux enfants de 3 à 12 ans selon des thématiques précises. «Avec les plus jeunes, on aborde l’idée que tout le monde partage la même eau. Vers 7 ou 8 ans, nous parlons de sujets plus complexes comme le cycle de l’eau ou la pollution. Les plus âgés, entre 9 et 12 ans, étudient la biodiversité, l’écosystème et l’eau potable», nous dit Ludiwine Clouzot.

Le but de l’organisation est d’élaborer des outils éducatifs qui peuvent être utilisés au Canada, en France et au Bénin.

Grâce à Ecoloodi, la jeune entrepreneure veut montrer aux Béninois qu’un accès à l’eau est possible, et aux Canadiens et Français qu’il est nécessaire de lutter contre le gaspillage de cette ressource vitale. «Nous pouvons tous, à notre échelle, changer les choses. Si on agit sur les enfants, on peut y arriver», espère-t-elle.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Toronto ne fait pas assez d’efforts pour rencontrer ses obligations linguistiques

Depuis la fin du siècle dernier, j’ai sur mon réfrigérateur un aimant promotionnel du Comité français de la ville de Toronto qui indique que,...
En lire plus...

22 janvier 2018 à 7h00

Avec Millet, la vie rurale sort de l’ombre

Peintre célèbre... oublié
En lire plus...

21 janvier 2018 à 10h00

Soif de drame et de passion

Un tueur en série qui cible les erreurs de la nature
En lire plus...

21 janvier 2018 à 8h00

Quiz : Sigles et acronymes

1. Le sigle UNESCO vient d’un nom en… a) français b) anglais c) espagnol   2. SNCF désigne une compagnie de… a) transport b)...
En lire plus...

21 janvier 2018 à 7h00

Défendez-vous les droits humains?

Avec Amnistie internationale, c'est à la portée de tous
En lire plus...

20 janvier 2018 à 12h00

GPS galactique

Des pulsars peuvent servir de «phares» pour les vaisseaux spatiaux
En lire plus...

20 janvier 2018 à 10h00

Les feuilles de chou efficaces pour soulager la montée de lait?

Plutôt vrai
En lire plus...

20 janvier 2018 à 8h00

Financement pour l’agrandissement de l’école Sainte-Trinité

5,3 millions $
En lire plus...

19 janvier 2018 à 16h43

La luminothérapie efficace pour la dépression hivernale

C’est l’effet de la lumière sur l'oeil qui fonctionne
En lire plus...

19 janvier 2018 à 11h11

Le tonneau de vin et le tonneau de merde

Donald Trump est à la Maison-Blanche depuis un an (seulement)
En lire plus...

19 janvier 2018 à 1h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur