École Toronto Ouest: entrevue avec le directeur Norman Gaudet

Ressentir qu'on appartient à l'école

Partagez
Tweetez
Envoyez

Norman Gaudet, francophone originaire de la Saskatchewan, a été l’un des directeurs adjoints de l’école Étienne-Brûlé de North York durant deux ans.

Auparavant, M. Gaudet a œuvré dans le secteur de l’éducation privée partout dans le monde via le réseau des écoles internationales américaines, notamment au Yemen et au Nigéria, pour ne citer que ces deux pays.

L’école Toronto Ouest accueille cette année 13 enseignants et 140 élèves de la 7e à la 10e année; les 11e et 12e années suivront en septembre 2013.

Viamonde retient le Collège français au centre-ville qui abrite plus de 300 élèves, tandis que son campus Brockton est définitivement fermé.

Créer le sens de l’appartenance

«On souhaitait créer une ambiance de rentrée chaleureuse et dynamique», a déclaré M. Gaudet, rencontré par L’Express mardi dernier. Viamonde débutera sous peu la procédure établie afin de choisir le nom de l’école.

Mardi dernier, le directeur et les enseignants de l’école Toronto Ouest arboraient tous un t-shirt rouge vif avec l’inscription de leurs noms à l’endos.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une façon originale de souligner la rentrée, «en accueillant les jeunes sous un signe identitaire visible, pour que tous ressentent leur appartenance à leur nouvelle école», selon M. Gaudet.

Une école entrepreneuriale

«Nous démarrons cet automne un projet pilote axé sur le développement des compétences des élèves, en fonction des besoins du marché du travail en entreprise», d’expliquer M. Gaudet.

Cinq entreprises gérées par des élèves-chefs d’entreprise se grefferont au conseil des élèves de l’école, où les jeunes auront l’opportunité d’exercer les différentes tâches associées à la gestion d’entreprise et reliées aux curriculums scolaires.

Notamment dans les domaines de la communication, de l’environnement, du communautaire, de la vie artistique et de la vie sportive. «Une occasion pour les élèves d’acquérir des habiletés relatives aux secteurs d’emplois contemporains et de bâtir leurs CV», selon le directeur.

À lire aussi:
le reportage principal sur les deux nouvelles écoles secondaires siamoises (publique et catholique) du centre-ville.
l’entrevue avec le directeur de l’école secondaire catholique Saint-Frère-André.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur