Du soudage à l’énergie solaire: repousser les limites de la technologie

Partagez
Tweetez
Envoyez

Des images de soudeurs au travail, assemblant des pièces de métal entre elles, tout le monde en a déjà vues: à l’école dans un atelier de technologie, lors de la visite d’une usine, dans une publicité pour les voitures… Mais qui se pose la question de la technologie derrière ce travail?

Comment lie-t-on entre elles les pièces d’une voiture, d’un vélo, d’un réfrigérateur ou d’un ventilateur? Le soudage est partout autour de nous, et, comme pour toutes les technologies, les techniques de soudage vont de la plus élémentaire à la plus sophistiquée.

Pour la société Fronius, dont on trouve une filiale à Mississauga avec un directeur français, l’aventure commence en 1945 avec Günter Fronius, dans la ville autrichienne de Pettenbach.

Günter Fronius fonde, au départ, une société de chargeurs de batteries. Sources de courant électrochimique, les batteries permettent de générer de l’énergie électrique indépendamment d’un réseau.

Branche canadienne

À l’origine constituées de plomb, elles ont subi de profonds développements au 20e siècle, que la société Fronius a intégré à ses produits. Ces techniques de charge, et ces différentes manières de transformer l’énergie électrique, Günter Fronius a rapidement voulu les appliquer à un autre domaine: le soudage.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Un investissement qui fut un succès, puisque l’entreprise compte aujourd’hui 3500 employés dans le monde, et détient pas moins de 878 brevets. La branche canadienne, ouverte par Romuald Gouré en 2007 à Mississauga, compte déjà trente collaborateurs, dont quatre en chaîne de montage.

«Nous voulons être à la fois les leaders technologiques au Canada, et à la fois les garants d’une qualité dans le monde du soudage», explique Romuald Gouré. «Le secteur est détenu, en Amérique du Nord, par Miller et par Lincoln, deux géants américains. Mais ceux-ci ont tellement la main sur le marché qu’ils avancent lentement en terme de progrès techniques, alors que nous progressons à pas de géants grâce a un département Recherche et Développement qui fait un tiers de notre effectif total.»
Fronius compte parmi ses clients un large éventail d’industries, dans la production d’énergie, le chantier naval, automobile, les pipelines et la fabrication métallique. Avec quelques noms prestigieux comme Mercedes, Ferrari, Porshe… et le fameux vélo québécois Bixi.

Soudure à l’électricité

Mais quelles sont ces techniques si prisées par les industriels? Dans le soudage, les pièces travaillées sont assemblées grâce à la chaleur.

La technique la plus utilisée est le soudage à l’arc électrique. Si des arcs électriques, que l’on pourrait appeler en langage courant «étincelles», peuvent parfois se créer spontanément (comme lorsqu’un tramway touche ses pantographes), le but pour le soudage est de contrôler leur durée et leur intensité.

Bien sûr, le procédé demande de l’électricité, et c’est l’échauffement créé par la résistance des métaux parcourus par l’électricité qui élève la température au point de soudure jusqu’à celle requise pour la fusion du métal. Cependant, le courant qui sort de nos prises électriques a une tension bien trop élevée, et une intensité trop faible. Le courant doit donc être transformé, régulé, rectifié: c’est là que s’exprime l’art de Fronius, spécialisé dans ce travail minutieux de transformation du courant.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Panneaux solaires

Les découvertes de l’entreprise dans ce «travail du courant», dans les chargeurs de batteries, puis dans les appareils de soudage, sont maintenant appliquées à un domaine très tendance: l’énergie solaire. «Après le succès de la division soudage au Canada, nous avons décidé d’élargir et d’ouvrir notre division électronique solaire», explique Romuald Gouré.

Lorsque la Loi sur l’énergie verte a été adoptée en 2009 pour promouvoir l’énergie renouvelable par le biais de tarifs de rachat garantis en Ontario, Fronius Canada a assemblé et testé des convertisseurs photovoltaïques dans son usine de production, spécialement adaptes aux normes canadiennes. La production a commencé en mars 2011, et Fronius fournit désormais des onduleurs pour installations photovoltaïques résidentielles ou commerciales à tout l’Ontario.

L’entreprise est la seule sur le marché à proposer du support technique à distance, sans démontage de l’appareil.

* * *
À LIRE AUSSI: Romuald Gouré, un parcours sans faute

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur