Du Congo à Toronto : le combat d’une mère salué par un documentaire

Hymne migratoire diffusé samedi à 22h30 à Radio Canada

Hymne migratoire
Annie (à droite) et sa fille Kisha à l'école Gabrielle-Roy lors de la projection spéciale d'Hymne migratoire le 1 novembre.
Partagez
Tweetez
Envoyez

En 1997, Annie Pembe Mponda est contrainte de quitter son pays, la République démocratique du Congo, face aux violences croissantes. Elle part se réfugier au Canada avec son fils le plus âgé, laissant derrière elle ses deux filles de 4 mois et de 2 ans, ainsi que sa mère.

Pendant dix ans, elle s’est battue au quotidien pour permettre à ses filles de la rejoindre, quitte à travailler dans des conditions difficiles. En 2007, Kisha et Miriam quittent leur grand-mère au Congo pour enfin retrouver leur mère en terre canadienne.

Son histoire est racontée dans le documentaire Hymne migratoire, de Pierre-Luc Racine et Rayne Zukerman, qui sera diffusé sur Radio-Canada ce samedi 3 novembre à 22h30.

Il a été projeté jeudi soir en avant-première à l’école Gabrielle-Roy, au centre-ville de Toronto, où a travaillé Annie et où ont étudié ses deux filles.

Hymne migratoire
Une scène du documentaire Hymne migratoire avec Annie et Kisha.

«La décision la plus difficile de ma vie»

Quitter ses enfants pendant dix ans semble être une décision impossible. Pourtant, Annie n’avait pas le choix. Pour des raisons politiques, elle aurait risqué sa vie en restant au Congo.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Je ne regrette pas ce choix car c’était un bonne décision. Ce n’était pas simple pour eux, mais avec le temps ils ont compris», nous explique Annie.

Ce documentaire, elle a accepté d’y participer afin de donner du courage à toutes ces familles qui pourraient vivre les mêmes situations qu’elle.

«Nombreuses sont les personnes qui traversent ces moments difficiles. Beaucoup de familles sont séparées. J’ai voulu adresser un message au gouvernement canadien, pointer du doigt la lenteur des démarches administratives. Dans nos situations, c’est intenable psychologiquement», affirme-t-elle.

Hymne migratoire
La famille Pembe Mponda à l’école Gabrielle-Roy.

Un combat pour la citoyenneté 

L’école Gabrielle-Roy est un lieu particulier pour Annie Pembe Mponda. C’est dans ses locaux, il y a 12 ans, qu’elle a reçu, avec ses enfants, la citoyenneté canadienne.

Ce moment fut l’aboutissement de nombreuses années de combat administratif, pendant lesquelles un avocat bienveillant a accepté de l’aider.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Hymne migratoire
L’auditorium de l’école Gabrielle-Roy.

Le chant pour se rassembler

Au sein de la famille Pembe Mponda, le chant et la musique occupent une place centrale. C’est à travers les chansons traditionnelles que les jeunes filles ont pallié au manque de leur mère pendant les dix ans de séparation.

Puis, le chant leur a permis de se retrouver comme si elles ne s’étaient jamais quittées.

«La musique est quelque chose qui est dans le sang, elle nous console, elle nous met en contact avec Dieu. Quand je chante, je loue mon Dieu, et je sens que la force vient en moi», précise Annie.

Bidinga Tshibasu Ngalula
Annie, Bidinga Tshibasu Ngalula (la grand-mère) et Miriam lors des retrouvailles avec sa grand-mère.

Une intégration par l’éducation

Arrivées au Canada en plein milieu de l’année scolaire, Kisha et Miriam ont trouvé refuge entre les murs de l’école Gabrielle-Roy.

Ensuite, elles ont poursuivi leurs études à l’université. L’aînée a même décroché son baccalauréat en sciences politiques à Ottawa en 2017.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une fierté pour la famille. «Maintenant je travaille chez MetroNews», nous explique fièrement. Wagner, le plus grand de la famille, qui a également fait ses études à l’Université d’Ottawa.

Hymne migratoire
Kisha lors de la cérémonie de remise des diplômes à l’Université d’Ottawa.

L’envers du tournage

Annie et ses enfants ont travaillé pendant deux ans sur ce documentaire. À travers les témoignages des membres de la famille, le retour dans des lieux importants ou encore une visite de l’université, ce reportage est un mélange entre images du passé et moments présents.

«Je suis très fière de voir ce documentaire retransmis ici, où j’ai travaillé dans la garderie, dans l’école pour superviser les enfants», reconnaît pudiquement Annie.

Hymne migratoire
La famille Pembe Mponda lors de l’avant-première jeudi soir à l’école Gabrielle-Roy.

Une soirée riche en émotions

Jeudi soir, l’école Gabrielle-Roy n’avait d’yeux que pour la famille Pembe avant la projection. Amis, parents d’élèves ou simple curieux, sont venus en nombre pour assister à l’avant-première du film.

Rayne Zukerman, très émue, a raconté à quel point l’histoire d’Annie l’avait touchée et poussée à se mettre derrière la caméra pour raconter son combat.

Hymne migratoire
Affiche du documentaire, diffusé samedi à 20h30 sur Radio Canada.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur