Dix millions pour les conseils scolaires catholiques francophones

Partagez
Tweetez
Envoyez

La semaine dernière, la ministre Kathleen Wynne a confirmé qu’une somme de 10 millions de dollars additionnels seraient alloués aux conseils scolaires de langue française. Un coup de pouce qui bénéficiera essentiellement aux conseils scolaires catholiques, à travers un projet de bonification de l’offre de cours au niveau des écoles secondaires.

Angèle Brunelle, vice-présidente de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC), a d’emblée souligné les importantes avancées qui accompagnent cette annonce: «Nous sommes tous très conscients de l’ampleur du défi quant à la rétention de nos élèves jusqu’à la fin du secondaire. Ce financement facilitera la mise en place de programmes adaptés aux différentes régions de la province et permettra surtout l’offre d’un plus grand nombre de cours à nos élèves.»

Ce nouvel apport financier, consécutif aux importantes annonces provinciales qui avaient vu consacrer 132 millions $ en immobilisation pour le réseau des écoles catholiques de langue française, devrait pouvoir faciliter la rétention des élèves.

Il sera en premier lieu question de toucher un maximum d’élèves ayant-droit à l’éducation en français, dont environ 30 % optent pour le système anglophone.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Un phénomène que la vice-présidente souhaite enrayer avec l’aide du gouvernement: «Il faut encourager le gouvernement à poursuivre aussi ses investissements dans la rénovation de nos vieilles écoles afin d’augmenter leur pouvoir d’attraction auprès de notre clientèle et d’éliminer complètement l’écart au niveau de la qualité des installations scolaires proposées aux anglophones et aux francophones.»

Pour autant, si l’AFOCSC se félicite de ces avancées, elle rappelle également qu’un problème de fond n’a pas trouvé écho auprès du ministère de l’Éducation. Malgré les consultations avec la ministre, «les lacunes au niveau de la formule de financement en éducation n’ont pas été corrigées».

Il est notamment question du redressement des montants alloués pour l’enfance en difficulté et pour le transport en fonction des besoins réels des conseils scolaires catholiques de langue française.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur