Discrimination en recherche: encore du rattrapage

Partagez
Tweetez
Envoyez

S’il est un milieu qui a fait beaucoup d’efforts pour éliminer la discrimination, c’est bien la recherche universitaire. Et pourtant, même l’un des plus gros organismes subventionnaires du monde, le NIH, envisage d’aller jusqu’à exiger l’anonymat des chercheurs qui lui demandent des fonds, afin de réduire les risques de préjugés.

L’annonce du NIH (National Institutes of Health, aux États-Unis), faite il y a quelques semaines, est l’aboutissement d’une réflexion lancée en août 2011 par une étude, parue dans Science, qui concluait que les chercheurs afro-Américains étaient 13% «moins susceptibles de recevoir un financement de recherche [des] NIH que les Blancs». Et les chercheurs d’origine asiatique, 4%.

Une étude toute récente, parue le 31 janvier dans le Journal of Informatics, en arrive à une conclusion contraire.

Utilisant une méthode de calcul différente, plus complexe — et affirment-ils, plus fiable — les huit auteurs, trois Américains et cinq Chinois, concluent que le biais racial n’est qu’apparent.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Lorsque les chiffres sont normalisés en fonction de la mesure de productivité» des chercheurs et de l’importance relative des revues scientifiques, l’écart entre les groupes ethniques disparaît, affirme Ge Wang dans le communiqué de l’Université Virginia Tech.

En plus de recommander l’anonymat des demandeurs de subventions, le comité du NIH recommande de créer de nouveaux programmes de mentorats pour attirer davantage de jeunes chercheurs.

Le NIH est le plus gros organisme subventionnaire de la recherche universitaire au États-Unis, et l’un des plus gros, toutes catégories confondues, dans le monde.

Or, au fil des années, rappelle la Chronicle of Higher Education, il a régulièrement dû ajuster ses normes dans l’espoir de donner un coup de pouce à des groupes de scientifiques qui se révélaient défavorisés — notamment les Noirs, mais aussi, encore récemment, les femmes et les jeunes.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur