Devant et derrière l’objectif: les femmes africaines à l’honneur au Ryerson Image Centre

L'exposition The Way She Looks au Ryerson Image Centre.
Partagez
Tweetez
Envoyez

«Les femmes africaines n’ont pas eu ce pouvoir de choisir la manière dont elles voulaient être vues», selon Sandrine Colard, commissaire de la nouvelle exposition The Way She Looks au Ryerson Image Centre de Toronto jusqu’au 9 décembre.

La collection retrace différents portraits des femmes africaines dans l’histoire de la photographie, de l’Africaine continentale à l’Afro-Américaine, y compris celle qui a connu l’apartheid en Afrique du Sud.

L’apogée de cette histoire est trouvé dans les oeuvres de photographes africaines elles-mêmes.

L’exposition The Way She Looks au Ryerson Image Centre.

L’histoire de la femme africaine au coeur de l’art

Frappant de réalisme et d’histoire, le parcours photographique, de l’Afrique colonisée jusqu’aux représentations les plus modernes, vient troubler les esprits même dans notre société contemporaine.

Ces photographies ont marqué l’histoire. Par exemple, «David Goldblatt est un artiste incroyable, il faisait partie du collectif Afrapix dans lequel il documentait l’apartheid et dénonçait ce qui se passait sur place», témoigne Sandrine Colard.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Il a également formé des femmes à la photographie grâce à l’école qu’il a créée… La plupart de ces femmes sont exposées ici.»

Sandrine Collard, commissaire de l’exposition.

Trois pièces, trois époques

Le regard que l’on porte sur ces femmes au travers de la photographie évolue au fil des trois pièces dédiées à l’exposition, qui représentent des époques différentes.

Au fil des photographies, on dépasse l’image ethnographique de la femme africaine, ce portrait réduit à une position de victime, à l’ombre de la colonisation… Elles ne sont d’ailleurs pas nommées sur la plupart des photos prises à cette époque où plusieurs pays occidentaux se partageaient les territoires du continent africain.

Puis, en traversant les allées du Ryerson Image Centre, ces femmes se donnent au photographe, posent, avant de finalement contrôler l’image qu’elles veulent donner d’elles-mêmes.

L’impact de ces photos fait sortir l’Afrique de son carcan et de ses stéréotypes. Pour Sandrine Collard, «l’art est une manière de montrer que l’Afrique est un continent vivant et dynamique».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les photographes africaines portent un regard encore plus probant sur le sujet qu’elles mettent en lumière, et l’art se confond avec son sens.

L’exposition The Way She Looks au Ryerson Image Centre.

Un impact sur notre société actuelle 

«Aujourd’hui, nous sommes dans une seconde vague de féminisme, après celui du vote et de l’émancipation», estime Sandrine Colard. «C’est l’occasion de mettre les femmes en avant, notamment par l’art.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur