Des snobs

Partagez
Tweetez
Envoyez

On n’aura jamais fini de faire le catalogue des snobs. Un nouveau magazine, super luxueux, intitulé Privilège, en est un bel exemple. Il ne s’en cache pas. Ainsi, au chapitre de la gastronomie, il vous conseille un vinaigre balsamique italien, qui a cinquante ans de fût, et vous est vendu pour la modeste somme de 250 $ la bouteille.

Il faut avouer que ce magazine a aussi la coquetterie d’une pub pour un vin canadien, vendu 12 $ le litre. Dans des emballages en carton. Il s’appelle «French rabbit», au risque de faire hurler les vignerons français et tous les snobs du vin.

Les Français savent qu’on ne peut désigner un vin digne de ce nom que par l’appellation (contrôlée) de son terroir et par son cépage. Même si certains y viennent, ils sont horrifiés devant la tendance moderne à appeler les vins d’après leur seul cépage – merlot, sauvignon, gamay…

Quant au nom que les fantaisistes d’aujourd’hui leur ajoutent: «Chat Noir», «Loup Bleu», «Rose-Marie», ou pire, ce «Lapin français»! De plus dans un emballage de carton!… D’un vulgaire!

Ce qui me rappelle les cris d’une vigneronne tourangelle lorsque je lui avais suggéré d’utiliser des bouchons en plastique pour éviter le mauvais goût que certains lièges donnaient à ses vins. Je l’entends encore: «Du plastique! Monsieur! J’en mourrais de honte!».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur