Des oiseaux en voie de disparition

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le moucherolle vert, le bruant de Henslow, la pie-grièche migratrice, la paruline orangée… Ces noms d’oiseaux vous sont peut-être totalement inconnus. Pourtant, il s’agit là de quatre espèces en voie de disparition en Ontario – et dans le monde.

Et elles sont malheureusement bien loin d’être les seules. À l’heure actuelle, nombreuses sont celles qui connaissent un important déclin au Canada.

C’est ce que le documentaire de Su Rynard, The Messenger, a voulu mettre en exergue lors de sa diffusion récente au festival Hot Docs de Toronto, afin de sensibiliser les populations sur ce phénomène.

«Ce film est un mélange d’expériences personnelles et de lectures que j’ai faites. J’ai remarqué que les oiseaux que j’avais l’habitude de voir n’étaient plus là, et ils me manquaient. Je me suis rendu compte que c’était un problème plus important, un problème scientifique», nous explique la réalisatrice en entrevue à L’Express.

«De nombreuses espèces disparaissent, c’est très préoccupant. D’autres connaissent un important déclin comme le martinet ramoneur ou l’engoulevent d’Amérique. L’hirondelle rustique est actuellement en danger en Ontario: la population a diminué de 70% en 40 ans», affirme Jody Allair, biologiste et professeur de science, membre de Bird Studies Canada, une organisation nationale dédiée à la protection des oiseaux.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des causes multiples

Selon les scientifiques interrogés dans le documentaire, il existe environ 20 milliards d’oiseaux migrateurs. La moitié d’entre eux ne parvient pas à aller jusqu’au bout du voyage. En effet, les oiseaux sont confrontés à plusieurs menaces d’origine humaine ou naturelle pouvant provoquer leur mort prématurée.

L’un des plus graves problèmes rencontrés par les oiseaux au cours de leur cycle migratoire est la perte de l’habitat au Canada, et surtout à l’extérieur du pays. La déforestation, due notamment à l’agriculture intensive, ainsi que le tourisme balnéaire tendent à détruire les habitats naturels.

Le climat joue toujours un rôle majeur dans la disparition des volatiles, en particulier ceux qui migrent sur de grandes distances. «Avec le changement de températures, les oiseaux reviennent au Canada. Mais ils n’ont aucune idée du temps qu’il fait», explique Jody Allair. S’ils reviennent trop tôt, les oiseaux peuvent mourir de froid. S’ils reviennent trop tard et qu’ils ne trouvent plus de nourriture, les jeunes meurent de famine dans leur nid.

Les chats domestiques sont également visés par le reportage de Su Rynard. Ceux-ci sont en effet à l’origine de la mort de plus de 100 millions d’oiseaux chaque année au Canada! «C’est plus que n’importe quel autre facteur», commente Jody Allair.

De même, les collisions avec des immeubles et des fenêtres tuent des millions d’oiseaux lors de leur migration. L’utilisation d’insecticides, de pesticides, la pollution et la chasse sont d’autres exemples de facteurs participant au déclin des volatiles.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sauver les oiseaux

Les oiseaux sont un élément essentiel de notre écosystème. Les perdre aurait des conséquences dramatiques sur notre environnement, ce que ne cesse de montrer le documentaire de Su Rynard. «La disparition des oiseaux est un signal d’alerte», indique la réalisatrice.

Alors, comment faire pour les protéger? Selon Jody Allair, il existe au moins six façons d’agir et d’aider les oiseaux à l’échelle individuelle.

«La première étape consiste à apprendre à connaître ses oiseaux. C’est difficile de les protéger sans les reconnaître», fait-il savoir. Il s’agit d’abord d’observer les espèces qui vous entourent, de suivre leur évolution en nombre et de conserver les données.

On peut ensuite soutenir la préservation des oiseaux en rejoignant une organisation ou s’engager dans un programme permettant de les aider, comme le FLAP (Fatal Light Awareness Program).

Changer nos habitudes alimentaires serait également bénéfique pour les oiseaux. «Pensez davantage à la nourriture que vous consommez, évitez le gaspillage, pensez local, essayez d’éviter les pesticides et préférez l’agriculture biologique», conseille Jody Allair.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Si vous avez un jardin, améliorez-le pour en faire un habitat agréable pour les oiseaux. Vous pouvez opter par exemple pour de la végétation produisant de la nourriture qui leur est destinée : tournesols, chardons, arbres fruitiers…

Pour éviter que les oiseaux viennent se cogner mortellement à vos fenêtres, visitez le site de FLAP Canada pour obtenir quelques astuces supplémentaires.

Enfin, assurez-vous que vos chats restent bien au chaud à l’intérieur de votre maison: c’est mieux pour vos amis à fourrure et pour les oiseaux!

«Le film permet aux spectateurs de prendre conscience des dangers qui existent pour les oiseaux. J’espère qu’il va inspirer les gens et qu’ils vont vouloir faire quelque chose», ajoute Jody Allair.

Maintenant que vous avez toutes les clés en main pour venir en aide aux oiseaux, il ne vous reste plus qu’à passer à l’action et aider à protéger les espèces en danger.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur