Des «Frenchies» improvisent en anglais

Les Beau-Ties: pour le service en anglais, faites le 2

Jaune tente de créer l’intrigue d’une improvisation, ce qui laisse «Lavander» perplexe.

5 mars 2013 à 11h04

Le succès des Improbables a donné des idées à certains des comédiens de la troupe, qui ont décidé de lancer une deuxième troupe d’improvisation composée de francophones, mais qui improvisent cette fois en anglais. Au-delà du défi que cela représente pour ces Frenchies, il y avait la volonté d’aller toucher un public anglophone et de tester l’humour francophone dans la langue de Shakespeare.

Renée-Claude Thériault, Joseph Elfassi, Alban Ferrieu, Alex Normand et Frédéric Assabgui, sont tous francophones, du Nouveau-Brunswick, de France, d’Ontario et du Québec.

Sur scène, ils s’appellent par les couleurs de leurs nœuds papillon, leur marque de fabrique. Bleu, vert, jaune, rouge et violet, pardon… lavande, se partagent tour à tour la scène et improvisent suivant les thèmes lancés par un animateur qui demande souvent au public de participer pour choisir les contraintes avec lesquelles joueront les comédiens.

Un humour différent

Les cinq amis se sont rencontrés lors du camp de sélection des Improbables en septembre dernier et ont décidé de se lancer en décembre.

«On est allé voir un spectacle et on s’est dit que c’était accessible de faire de l’impro en anglais», se souvient Fred Assabgui. «On a regardé avec qui on aimerait travailler, et aussi qui pourrait le faire en anglais.»

Sur la scène de l’Electric Theater dans le quartier Kensington la langue ne pose pas de problème et le public rit à gorge déployée aux blagues et mimiques des cinq comédiens.

Les thèmes s’enchaînent, parfois accompagnés de musique, les personnages se font et se défont et l’on oublie complètement que les comédiens improvisent dans leur langue seconde. Parfois le français ressurgit, que ce soit sur certains mots, mais aussi dans les blagues, plus borderlines que dans l’humour anglophone.

Refusant le politiquement correct, les cinq comédiens jouent avec le feu sans se brûler les ailes, provoquant à plusieurs reprises des «ohh» dans le public. Juif, arabe, ou homosexuel, ne sont pas des mots tabous chez les Beau-ties et c’est tant mieux.

Pour parfaire l’alchimie entre les membres, la troupe se réunit régulièrement pour des pratiques où ils expérimentent de nouveaux jeux, de nouvelles catégories, pour voir si l’humour fonctionne.

«À la première pratique, on est arrivé avec des jeux et on a essayé de fonctionner à cinq. On s’est vite aperçu qu’il nous fallait un animateur. On s’est aussi beaucoup inspiré de Who’s line is it anyway?, explique Fred.

Faire parler de soi

L’humour en français est plus construit que l’humour en anglais, dans le sens où les punchs sont plus longs à amener que l’humour en anglais, ce qui amuse aussi le public qui n’est pas habitué à ça. Il faut attendre un peu avant de rire.

«La manière d’amener la blague n’est pas la même», résume un des comédiens. Les Beau-Ties pourraient, à terme, tenter des expériences proches de l’impro en français, avec des équipes par exemple. Pour faire connaître leur troupe, les Beau-Ties ont réussi à créer un petit buzz sur Internet en publiant des vidéos étranges sur YouTube. Chaque comédien est filmé en train de réfléchir à ce que représentent les Beau-Ties pour lui. Le tout caricaturé à l’extrême!

«On voulait faire un gros coup de pub. Plus il y a de monde aux spectacles, plus on a de l’énergie. On veut faire le plus de vidéos possible pour garder le momentum et garder le monde actif », indique Frédéric.

Vous pouvez consulter la page Facebook des Beau-Ties pour connaître les dates de leurs prochains shows.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur