Des élèves de Toronto-Ouest font le bon déclic

Partagez
Tweetez
Envoyez

Jeudi dernier, l’entreprise photographique «DÉCLIC» de l’école Toronto Ouest exposait le travail réalisé par ses élèves au cours de l’année passée. Avec plus de 300 $ récoltés, la soirée et la vente furent un succès incontesté. Valérie et Matana, élèves à l’école Toronto Ouest, furent nos guides à travers cette exposition éclectique.

Affichés aux murs de la salle de classe revisitée en galerie d’art pour un soir, les portraits, les noirs et blancs et les macros se succèdent.

«Nous avons travaillé sur plusieurs thèmes tout au long de l’année», explique Matana, «pour chaque sujet, nous faisions d’abord un travail de recherche et expositions au reste de la classe les photographes qui nous avaient le plus plu, après ça, chacun prenait des photos et les présentais aux autres.»

Commencé en février, l’entreprise est animée par Veronica Slater, parent d’élève et ancienne professeure: «Nous avons des élèves qui viennent de toutes les classes, de la 9e a la 12e année. Les discussions qui ont pu prendre place au cours des ateliers étaient vraiment enrichissantes, chacun avait son style de prédilection et son point de vue. Le fait que le groupe soit multi âge a été un vrai plus.»

Après quatre mois de travail, les 19 élèves de l’entreprise photographique semblent ravis. Plus que sur la technique, le travail de Veronica Slater s’est davantage concentré sur l’intention photographique et l’expression des sentiments.

Pour Valérie, c’est une nouvelle façon d’appréhender la photo qui s’est ouvert à elle. «Avant, je prenais des photos juste pour avoir des souvenirs, sans vraiment faire attention. Maintenant, je vois plus ça comme un art, c’est devenu un passe-temps. Quand je prends une photo, je prends le temps d’y réfléchir un peu avant.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Quant à savoir si les élèves souhaitent prolonger l’expérience l’année prochaine, la réponse est unanime: «Oui!»
Pari réussi, donc, pour Veronica, qui souhaitait avant tout que les élèves se fassent plaisir et découvrent de nouvelles choses. «J’ai beaucoup apprécié le fait d’enseigner sans l’impératif des notes. Les élèves font ça pour le plaisir: les entreprises sont obligatoires, mais ne comptent pas dans le bulletin scolaire. C’est l’occasion pour les élèves de découvrir de nouvelles choses et de s’investir, sans la pression de l’évaluation.»

Mis en place par le directeur de l’école, Norman Gaudet, le système d’entreprise est une idée originale développée dans quelques écoles québécoises.

«Nous sommes la seule école en Ontario à le proposer», explique Norman Gaudet, «tous les élèves choisissent une entreprise en rapport avec cinq thématiques générales: Vie artistique, Environnement, Communication, Service communautaire et Vie active. L’idée est que les élèves vont devoir prendre un rôle dans l’entreprise pour l’amener à se développer et prendre de l’ampleur.»

Les entreprises sont à but non lucratif, mais elles peuvent tout de même dégager des fonds pour pouvoir financer du nouveau matériel, ou aider les autres entreprises qui ne font que très peu de bénéfices, comme celles relatives aux Services communautaires.

Une bien belle idée donc, qui semble avoir ravi les élèves de l’école, et tout particulièrement nos photographes en herbe. Avec de nombreux clichés écoulés, ils ont réussi à vendre leurs photos au-delà de leurs espérances et à réunir des fonds pour l’année prochaine. Mais la plus belle réussite, c’est sans doute le sourire des élèves et leur enthousiasme sans failles. «Le succès leur appartient», conclut Veronica.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur