Des Chevaliers de l’Ordre La Fayette à l’Alliance française

Gérard Charpentier, Patricia Guérin et Thierry Lasserre.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le directeur général et la coordonnatrice culturelle de l’Alliance française de Toronto, Thierry Lasserre et Patricia Guérin, ont été récompensés le 30 mai pour «leur contribution extraordinaire et leur service rendu dans le cadre des relations entre la France et l’Amérique du Nord» par Gérard Charpentier, Grand Commandeur de l’Ordre La Fayette, qui leur a décerné à chacun la médaille de Chevalier de l’Ordre.

M. Charpentier, un psychanalyste et sociologue de Montréal, expert de l’histoire du marquis de La Fayette, présentait ce soir-là à l’AFT une conférence sur la participation du militaire français à la Révolution américaine, de 1775 à 1783. La Fayette a notamment ramené en Amérique la frégate de guerre L’Hermione, construite et équipée en France spécifiquement pour assister les Américains.

Gilbert du Motier, marquis de La Fayette, est plus connu en Amérique qu’en France. Considéré comme «le héros des deux mondes», le marquis a été le premier trait d’union entre la France et les États-Unis. Il a combattu auprès des révolutionnaires américains, auxquels se sont joints plusieurs Canadiens-Français, rappelle M. Charpentier.

Gilbert du Motier, marquis de La Fayette.
Gilbert du Motier, marquis de La Fayette.

Orphelin et issue d’une famille très riche proche du roi Louis XVI, c’est à peine majeur que La Fayette est parti pour les 13 colonies britanniques (futurs États-Unis). «Il avait tout pour lui et le roi ne voulait pas de son départ, c’est pourquoi La Fayette est parti en secret», raconte M. Charpentier.

George Washington, chef d’état-major de l’armée continentale américaine et futur premier président des États-Unis, le désignera major général. «Pour certains, Washington, qui n’avait jamais eu d’enfant, était comme un père pour La Fayette.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Commandé par Washington, La Fayette convaincra Louis XVI d’envoyer un vrai corps d’armée pour aider les insurgés à se défendre. Le corps expéditionnaire français sera dirigé par Rochambeau, un lieutenant-général très respecté en France. Il amènera 6 000 hommes avec lui. «Au total, entre 1778 et 1783, 44 177 soldats et marins français auront combattu auprès des Américains.»

L’importance de la frégate L’Hermione, dans la guerre d’indépendance américaine, réside avant tout dans sa modernité à l’époque. Le bâtiment de guerre participera à plusieurs batailles. Une de ses missions consistait à naviguer proche de New York pour intercepter des navires ennemis.

La Fayette participera à la bataille de Yorktown, où L’Hermione jouera un rôle de blocus, entraînant la capitulation des Britanniques le 19 octobre 1781.

Suite à cette victoire, un traité sera signé en 1783 à Versailles, par la Grande-Bretagne et les représentants des 13 colonies britanniques d’Amérique du Nord, consacrant l’indépendance des États-Unis.

L'Hermione.
L’Hermione.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur