Des chansons de combat revisitées par Stef Paquette et Philippe Flahaut

Cabaret-Chanson de l'Alliance française

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le temps d’une soirée, Stef Paquette et Philippe Flahaut se sont rejoints sur la scène du Cabaret-Chanson pour clôturer la saison 2009. L’Alliance Française a choisi de réunir les deux artistes, aussi différents soient-ils, pour une soirée «chansons combat», vendredi 29 mai. La salle comble a applaudi avec enthousiasme les deux chanteurs qui ont réussi, avec des chansons engagées, à passer des messages dans la légèreté et la bonne humeur, le tout avec beaucoup d’humour.

«Nous avons réuni ce soir l’électron libre de Sudbury et l’orfèvre de Toronto», Dominique Denis, directeur artistique des Cabarets-Chansons, a présenté ainsi les deux artistes. Stef Paquette et Philippe Flahaut, qui partageaient la même scène pour la première fois et après seulement une heure de mise au point, ont de suite créé une complicité entre eux et avec le public.

Il suffit de se respecter

Les deux chanteurs se sont bien complétés, malgré le peu de répétition. «C’était une écoute simultanée de deux personnes qui font de la musique et qui respectent l’autre. Il suffit d’ouvrir ses oreilles pour savoir où l’autre veut aller et lui donner un coup de main.», explique Philippe Flahaut.

Stef Paquette approuve son complice: «Peu importe le talent, le français ou l’accent il faut deux choses: l’écoute et le respect. Pour moi, qui ne triche jamais, le seul truc qui soit important c’est de créer des moments sur place et avec le public.»

Ils ont revisité un répertoire varié de chansons de combat, véritables marques de luttes personnelles, éthiques ou autre. Stef Paquette et Philippe Flahaut ont repris et adapté Le Gorille de Brassens, La corrida de Francis Cabrel, Le pouvoir des fleurs de Souchon, ou encore les refrains de Vian, Lavilliers et Félix. Stef Paquette a invité sur scène une amie qui a entonné, avec beaucoup d’émotion, Exil une chanson chilienne sur la douleur du départ, et l’amour persistant d’un homme pour son pays natal.

Des chansons inédites

Les deux artistes ont aussi présenté des chansons plus personnelles, issues de leur propre répertoire. L’auteur compositeur sudburois, Stef Paquette, qui se caractérise avant tout comme un amuseur et ne se prend surtout pas au sérieux, a trouvé dans son répertoire quelques chansons profondes et touchantes, toujours en corrélation avec son vécu personnel.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il a ainsi conté, pour la première fois sur scène, l’histoire de son village. Il y a coulé, il y a quelques décennies, de jolies chutes d’eau. Celles-ci furent détruites au profit d’un moulin, qui aujourd’hui a lui aussi été détruit, c’est l’histoire d’un patrimoine naturel gâché par la bêtise des hommes.

Stef Paquette a aussi chanté la misère des mines, avec l’histoire de son grand-père qui y a laissé sa vie.

Philippe Flahaut a lui présenté une nouvelle composition nommée Mauvaise Graine, une chanson qui aborde le thème de l’intolérance, et la façon dont on juge quelqu’un sur son apparence sans chercher à le connaître.

Fête de la musique

Les deux chanteurs ont envouté l’audience. En guise de dernière chanson, tout le monde a fredonné Le temps des cerises, «un véritable hymne révolutionnaire écrit lors de la période de la Commune à Paris en 1871», a expliqué Philippe Flahaut.

Dernier Cabaret-Chanson de 2009, ce n’est pourtant pas le dernier spectacle musical proposé par l’Alliance. Le dimanche 21 juin, l’Alliance Française de Toronto célèbrera le solstice d’été et la fête de la musique, avec un éventail de styles allant du flamenco à la musique populaire yéménite en passant par le blues, et Philippe Flahaut, sera de nouveau présent. Les festivités se dérouleront à Harbourfront en partenariat avec la Franco-Fête.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur