De la vie sur Mars?

Partagez
Tweetez
Envoyez

La sonde Curiosity, qui roulera peut-être sur Mars en août 2012, cherchera bel et bien des traces de vie — mais chut, il ne faut pas le dire!

Le premier problème est qu’elle a bien d’autres ambitions : géologie, chimie, météorologie, recherche d’eau et de glace… Mais il suffirait qu’on inscrive dans sa définition de tâches «recherche de vie» pour que toute l’attention du public ne se porte plus que là-dessus… avec un risque d’énormes déceptions.

Le deuxième problème est que personne ne semble sûr de ce qu’il faudrait chercher: en 1976, les sondes américaines Viking avaient détecté, dans leurs échantillons de sol martien, des émissions de gaz qui auraient été, sur Terre, des empreintes d’une vie microbienne.

Mais aucune présence, si microscopique soit-elle, n’avait pu être observée. Étant donné que Curiosity a coûté 2 milliards et demi $, d’aucuns ont jugé qu’il valait mieux tempérer les ardeurs.

Extraterrestres: allumez vos lumières!

Écouter le ciel en espérant capter des signaux extraterrestres est déjà audacieux. Mais un astronome propose plus audacieux encore: chercher des traces d’éclairages nocturnes!

Abraham Loeb, un expert en planètes extrasolaires à l’Université Harvard, reconnaît que nos télescopes ne sont pas encore assez puissants pour ça. Mais à la vitesse où ils progressent, il n’est plus invraisemblable d’imaginer qu’on puisse détecter, sur une planète tournant autour d’une autre étoile, le surplus de lumière émis par les grandes villes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

D’autant plus que, si on se fie à notre propre évolution, les villes deviennent de plus en plus « brillantes » à mesure que la population s’y concentre.

Les plus lointains des voyageurs

Lancées il y a 34 ans, à présent si loin que leur signal met 13 heures à nous parvenir, les sondes Voyager 1 et 2 fonctionnent toujours et continuent de faire des découvertes.

Elles ont récemment confirmé qu’un type de radiation appelé Lyman-alpha provient des régions de notre galaxie où naissent de nouvelles étoiles.

Ce qui ne changera pas grand-chose à vos vies, mais laisse songeur quand on se rappelle qu’à la distance où elles sont, ces sondes envoient un signal que votre téléphone ne capterait même pas s’il était dans la même rue.

Respectivement à 17,4 milliards et 14,2 milliards de kilomètres, Voyager 1 et 2 ont depuis longtemps dépassé l’orbite de Pluton et naviguent dans une région aux frontières de la zone d’influence de notre Soleil et du vide qui règne entre toutes les étoiles.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur