Dans le ventre du nouveau Planétarium de Montréal

Partagez
Tweetez
Envoyez

J’entre avec ma fille dans le ventre du nouveau Planétarium de Montréal. Ce bâtiment scintillant, haut lieu d’apprentissage sur les étoiles et autres merveilles du ciel, a déjà fait beaucoup parler de lui avec son éventuel toit végétalisé et sa certification Leed.

Après 30 minutes de piétinement au soleil, une blanche et surprenante fraîcheur nous accueille. Première surprise: il y a beaucoup de lumière dans l’espace dégagé du hall, mais encore peu d’artefacts astronomiques, outre le récit vidéo de la construction de l’édifice et sa maquette réduite.

L’énorme sphère recouverte de lattes de bois attire immédiatement l’œil – et les mains de ma fille. Une boule géante que nous allons contourner pour nous enfoncer dans la noirceur progressive et découvrir le premier des deux théâtres immersifs du Planétarium.

Le temps que nos yeux s’habituent à l’obscurité du Théâtre de la Voie lactée, nous découvrons une pièce circulaire, plus petite que l’ancienne salle de projection, avec 196 places assises et son familier écran hémisphérique. Nous sommes — presque – en terrain connu.

Plus d’étoiles qu’à la campagne

Un petit projecteur en forme de globe et à la taille modeste se dresse à la place de l’ancien projecteur Zeiss.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Sous le capot, nous avons une technologie multimédia hybride: vidéo haute définition et projecteur optomécanique muni d’un système de fibres optiques, de plaques métalliques perforées et de lentilles. Cet équipement permet une image réaliste de la voûte céleste pour immerger les spectateurs», explique Pierre Chastenay, astronome au Planétarium de Montréal et responsable des activités éducatives.

La grande nouveauté réside surtout dans le nombre d’étoiles que le public verra sur cet écran: 300 000 au lieu des 9000 projetées par l’ancien projecteur que l’on découvre dans un des couloirs de l’édifice où se tiendra bientôt une mini exposition d’anciens systèmes de projection d’images d’étoiles.

Un nombre effarant d’astres projetés, plus en fait que ce que l’œil peut percevoir dans un ciel profond de campagne.

À deux pas de la première salle, le Théâtre du chaos, comptant 98 places, possède pour sa part six projecteurs numériques.

Continuum

C’est là que se produira le tant attendu spectacle Continuum des créateurs québécois Michel Lemieux et Victor Pilon, un voyage aux confins de l’univers aux accents poétique et artistique. «On peut également faire de l’éducation astronomique en faisant rêver, en adoptant une approche plus émotive», note à notre intention l’astronome.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Retour à la lumière. Nous descendons quelques marches et pénétrons dans la salle d’exposition où se tiendra «Exo, à la recherche de la vie dans l’univers», une courte introduction à un champ de recherche scientifique passionnant: l’émergence de la vie extraterrestre.

www.sciencepresse.qc.ca

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur