Création d’un groupe de travail pour une politique culturelle

Il y a 15 ans

Partagez
Tweetez
Envoyez

Au fil des ans, le milieu des arts franco-ontariens a fait l’objet de trois études et de trois rapports. Le premier groupe à se pencher sur la question a été le Comité franco-ontarien d’enquête culturelle, présidé par Roger Saint-Denis; il a remis son rapport en janvier 1969. Le deuxième groupe a été présidé par Pierre Savard et il a remis son rapport le 30 septembre 1977. Le troisième a été le Groupe de travail pour une politique culturelle des francophones de l’Ontario, créé il y a exactement 15 ans passés.

Le 12 avril 1991, le ministre de la Culture et des Communications de l’Ontario, Rosario Marchese, annonce la création d’un groupe de travail à qui il confie le mandat d’élaborer une politique cadre visant le soutien de la vie culturelle des francophones de l’Ontario.

Présidé par Yolande Grisé, directrice du Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa, le Groupe de travail inclut Clément Bérini, artite visuel de Timmins; Michel Gérin, directeur de la programmation française à CHUO-FM (Ottawa); Marie-Monique Jean-Gilles, chanteuse, chorégraphe et conteuse de Toronto; Derrick de Kerckhove, directeur du Programme McLuhan en culture et technologie de l’Université de Toronto; Denise Truax, directrice générale des Éditions Prise de parole (Sudbury). Jean Malavoy agit comme recherchiste.

Après six mois d’audiences publiques, le Groupe de travail soumet un rapport intitulé RSVP! Clefs en main. Il identifie des dossiers prioritaires (organismes de services, centres culturels, radios communautaires, patrimoine franco-ontarien, animation culturelle, TFO, politique fiscale) et propose des axes de développement, notamment un Bureau franco-ontarien élargi au Conseil des arts de l’Ontario et une Division franco-ontarienne au sein du ministère de la Culture et des Communications, mais ces deux recommandations ne

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En 1969, le Comité franco-ontarien d’enquête culturelle avait, lui aussi, recommandé la création d’une structure gouvernementale propre aux artistes franco-ontariens, mais cela avait été rejeté. Le gouvernement avait plutôt choisi de créer un Bureau franco-ontarien au sein du Conseil des arts de l’Ontario.

Le Rapport Savard de 1977 avait formulé 44 recommandations qui précisaient les moyens par lesquels les différents intervenants pouvaient être davantage attentifs aux besoins culturels des Franco-Ontariens et Franco-Ontariennes. Les fonctionnaires y avaient donné suite du bout des lèvres.

Trois études exhaustives, trois séries de recommandations, trois rapports mis sur la tablette.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur