Contrairement aux licornes, les francophones en Ontario existent

... et méritent le respect

Mitzie Hunter
La députée libérale et ex-ministre Mitzie Hunter a participé, samedi au parc Victoria à London, à la journée de mobilisation franco-ontarienne.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Cela fait plus deux semaines que le premier ministre Doug Ford et son gouvernement ont clairement démontré leur volonté de brimer les droits de la francophonie ontarienne en annonçant la coupure du Commissariat à la langue française, l’annulation des plans de construction d’une université francophone à Toronto, ainsi que la réduction du ministère des Affaires francophones à un office.

Tout récemment, la directrice des communications de la campagne du premier ministre Ford a qualifié la future université francophone de «Unicorn University».

Mitzie Hunter
Un tweet comparant les Franco-Ontariens à des licornes.

Ma circonscription de Scarborough compte une population francophone et francophile grandissante soucieuse d’avoir les services en français, comme l’a démontré à maintes reprises la Coalition pour des communautés francophones en santé de Scarborough.

Le nombre de nos jeunes fréquentant les écoles francophones du secteur, tant au primaire qu’au secondaire, augmente lui aussi. Il serait donc naturel qu’ils puissent poursuivre leurs études en français.

La création d’une université entièrement francophone à Toronto permettrait de remplir ce besoin criant, tout comme les universités anglophones au Québec répondent aux besoins de la minorité anglophone.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En tant qu’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle, j’ai appuyé le projet de l’Université de l’Ontario français sans relâche, et il est pour moi inconcevable que notre jeunesse soit portée à croire que le gouvernement ne valorise pas la poursuite d’études supérieures en français.

Les rassemblements de plus de 14 000 participants, samedi dernier, à travers la province, auxquels j’ai pris part au parc Victoria à London, ont montré la volonté collective de voir ce projet universitaire aboutir.

Mitzie Hunter
Mitzie Hunter

Le prétendu renversement de décision du gouvernement n’est que de la poudre aux yeux pour les Franco-ontariens et Franco-ontariennes et il témoigne d’un manque de respect flagrant à l’égard de toute la francophonie.

Les adeptes de Ford parlent de «Unicorn University»? Sachez que les francophones ne sont pas des licornes et entendent bien se faire respecter!

Et les excuses de M. Ford et de Mme Mulroney seraient les bienvenues – il n’en coûterait rien au gouvernement. Ce serait là un premier geste pour rectifier le tir.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur