Une jeune Torontoise remporte le Concours national d’art oratoire 

Concours national d'art oratoire
Claudia Sassa remporte le Concours national d'art oratoire dans la catégorie "francophone"
Partagez
Tweetez
Envoyez

Claudia Sassa est une jeune prodige de la langue française de 17 ans. En remportant le Concours national d’art oratoire de Canadian Parents for French dans la catégorie «francophone», elle décroche une bourse d’études universitaires de 28 000 $. Elle vise la dentisterie à l’Université d’Ottawa.

D’abord désignée représentante pour le concours dans son école secondaire catholique Blessed Cardinal Newman à Scarborough, elle s’impose ensuite dans son conseil scolaire (Toronto Catholic District School Board), puis l’emporte à l’échelle provinciale.

Le 2 juin dernier, les 38 meilleurs étudiants en français du pays se sont affrontés à coup de pertinence et de traits d’esprit à Ottawa.

Les jeunes de 11e et 12e année étaient répartis en cinq catégories: français de base, français intensif, immersion tardive, immersion précoce, francophone. Nous avons rencontré Claudia Sassa, la tenante du titre de la catégorie «francophone» dans laquelle sept jeunes concourraient.

Pour sa 16e édition, le Concours d’art oratoire a vu briller une jeunesse qui tient à pouvoir s’exprimer dans ses deux langues nationales.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Succès de finale

«Quand j’ai compris que j’avais gagné, je ne pouvais pas y croire. Je regardais mes parents qui pleuraient, j’étais heureuse», nous raconte-t-elle alors que l’émotion se fait encore entendre dans sa voix.

Pour elle, le Concours a été une belle expérience. «J’ai aimé rencontrer des élèves avec la même habilité que moi en français.» Fort de leur point commun linguistique, les jeunes participants ont tissé des liens.

Pour la finale, son discours sur l’importance du voyage a fait mouche. Elle a pu partager avec le jury sa prise de conscience. Lors d’un voyage au Congo alors qu’elle était plus jeune, Claudia a réalisé la chance qu’elle avait de vivre au Canada.

«Le Congo est un pays très beau, mais les conditions sont malpropres. Moi ici au Canada, je n’ai pas de soucis à me faire, je sais ce qu’il va m’arriver», nous explique-t-elle.

Pendant cinq minutes, elle s’exprime dans un français parfait et fait preuve d’une pertinence qui a visiblement charmé le jury.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Concours national d'art oratoire
Claudia lors de son discours qui lui offrira la victoire

À la maison comme à l’école

Claudia grandit dans un univers bilingue. Originaire de la République Démocratique du Congo, le français est sa langue maternelle et elle le parle principalement à la maison.

Lorsqu’elle rentre en 9e année, Claudia intègre un programme intensif à l’école (75 minutes de français tous les jours). Elle étudie la grammaire et les conjugaisons, mais elle a aussi des cours spécifiquement en langue française, comme l’histoire ou la géographie.

Jeune conscience

Pour elle, être bilingue c’est se donner une liberté. «Je peux communiquer avec plus de personnes et c’est un avantage pour l’emploi», nous dit-elle.

Malgré son jeune âge, Claudia est bien consciente des réalités sociales canadiennes. Selon elle, le bilinguisme n’est pas ce qu’il devrait être. En devenant dentiste, elle fera de sa francophilie une force.

Claudia compte bien agir pour un meilleur accès aux services en français pour les soins de santé. «C’est très important de pouvoir parler français en tant que personnel médical pour que les immigrants se sentent mieux accueillis dans un pays étranger», rajoute-t-elle.

Concours national d'art oratoire
Claudia lors de la remise des prix

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur