Comment chiffrer la valeur du capital naturel?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Quelle est la valeur en argent des services écologiques et du bien-être qu’apportent un boisé, un étang, une rivière, voire un sentier de randonnée pédestre? Cette valeur dépasse de loin le prix du terrain lui-même, du bois coupé ou de l’eau en bouteille au détail, explique une brochure intitulée La nature, ça compte, publiée en français le 4 avril 2007.

Les arbres, par exemple, filtrent et enrichissent l’air grâce à la photosynthèse (absorption de gaz carbonique et rejet d’oxygène). Les plantes aquatiques des étangs filtrent l’eau. Les différentes strates géologiques des sols des bassins versants de nos rivières jouent le même rôle que votre filtre au carbone qui purifie l’eau dans votre carafe en plastique. Au même titre que les énormes et coûteuses stations d’épuration municipales.

Sans parler de l’exercice physique et de la détente psychique pour un citadin surmené qui se promène l’espace d’un après-midi, à la campagne ou dans un parc.

Mais en dollars, comment chiffrer cette valeur ajoutée qu’offrent les espaces verts? Tel est le défi que tentent de relever divers économistes aux quatre coins de la planète.

En Ontario, le gouvernement s’efforce également d’évaluer la valeur des espaces verts qu’il entend protéger dans le Sud ontarien. Pour justifier sa démarche. Pour sensibiliser le grand public et le secteur privé. Voire les municipalités.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cet effort de chiffrer le capital naturel s’inscrit dans le cadre du programme provincial «Espaces naturels», qui vient en complément de l’initiative «Zones de croissance» (dont la Ceinture verte autour du grand Toronto), visant à concentrer les quatre millions de personnes supplémentaires prévues dans la région du Golden Horshoe au cours des 30 prochaines années.

Le ministère des Richesses naturelles (MNR) a donc collaboré avec l’Institut urbain du Canada (IUC) pour organiser une conférence le vendredi 30 mars dernier à Toronto: «La nature, ça compte: investir dans la santé et la richesse dans le Sud ontarien». Cette conférence s’inscrit dans le sillage d’un rapport du même nom publié en mars 2006.

La version française d’une brochure illustrée résumant les grandes lignes du rapport à l’intention du grand public vient d’être publiée le 4 avril (www.canurb.com). Le rapport fut commandé par le MNR au IUC, à la demande de la Natural Spaces Leadership Alliance, un regroupement d’une quinzaine d’organismes de protection de la nature.

«La nature, ça compte [Nature Count$] vise à offrir un vaste panorama de toute la gamme d’avantages socio-économiques qu’offrent la nature et les zones rurales», résume Amy Handyside, économiste de l’environnement au MNR, qui a collaboré au rapport. «La nature, ça compte aidera les gens qui ne sont pas des scientifiques ni des naturalistes à penser différemment à la nature lorsque, par exemple, ils fonderont une nouvelle entreprise ou prendront des décisions.»

Parmi les différents thèmes abordés lors de la conférence, l’importance d’aider les espaces verts à s’adapter aux changements climatiques et le potentiel énergétique de certaines terres agricoles, ont été évoqués.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le réchauffement du climat risque, d’une part, d’augmenter les feux de forêts, et donc la libération dans l’atmosphère de gaz carbonique, l’un des gaz à effet de serre réglementés par le Protocole de Kyoto. Mais la biodiversité risque d’évoluer également. Il est donc important d’éviter de morceler le paysage pour permettre à la nature de mieux réagir à cette évolution climatique prévue, à souligné David Layzel, président et directeur de la recherche de la BIOCAP Canada Foundation.

M. Layzel a par ailleurs convenu que les bienfaits de l’éthanol comme carburant pour les automobiles dépendait des sources de production. Car en effet, s’il faut davantage d’énergie pour produire un litre d’éthanol, que l’énergie que libère ce litre d’éthanol dans un moteur à explosion, où sont les avantages écologiques et économiques? Il faudrait donc plutôt songer à la culture du chanvre ou de l’herbe à fourrage – la Panic Raide – qui conviendraient bien aux terrains sablonneux des anciens champs de tabac du Sud ontarien, estime M. Layzel.

Des chiffres précis sur la valeur de l’ensemble du capital naturel du Sud ontarien font toutefois encore cruellement défaut, car ce domaine est particulièrement nouveau. «L’initiative La nature, ça compte continue d’étudier les recherches universitaires pour déterminer les domaines de recherches plus poussées», confirme Amy Handyside, du MNR.

Bien gérer son portefeuille d’actif

Le capital naturel est l’un des cinq principaux types de capitaux qui font la richesse d’une entreprise (et par extension d’une économie et d’une société), a rappelé l’un des invités de la conférence «Nature Count$» le 30 mars dernier.

Il s’agit ainsi de bien «gérer son actif: le capital financier, le capital manufacturé, le capital naturel, le capital humain et le capital social», a souligné Bob Willard, un homme d’affaires de Whitby, retraité d’une grande multinationale et auteur de deux ouvrages dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À ce titre, les militants pour l’environnement devraient davantage apprendre à parler la langue des entreprises du secteur privé, estime Bob Willard, pour arriver à les rallier à leur cause et du même coup, permettre aux entreprises d’améliorer leur résultat net.

Bob Willard, The Next Sustainability Wave, 2005, New Society Publishers ou www.sustainabilityadvantage.com

Capital naturel: quelques chiffres

• 1,2 milliards $: activité économique que génère le secteur forestier dans le Sud ontarien.

• 8,2 milliards $: agriculture en Ontario.

• 2,6 milliards $: tourisme vert en Amérique du Nord.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

• 4 millions $: retombées économiques du petit parc Provincial Sibbald’s Point (Lac Simcoe) en 2000.

• 8 milliards $: économies de frais d’assainissement réalisées par la Ville de New York en protégeant le bassin versant d’une rivière locale.

• 1 milliard $: coût annuel du smog en Ontario (frais de soins de santé et perte de productivité)

• 6: morts lors de la crise de l’eau potable à Walkerton, en Ontario.
Source : « La nature, ça compte» (excepté Walkerton)

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur