Commémoration du Massacre de Montréal


20 février 2006 à 17h00

Le 6 décembre dernier au soir, à la suite de la Journée internationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, le groupe Women Won’t Forget qui vise à sensibiliser la population à ce problème, a organisé une veillée à l’Université de Toronto afin de commémorer le Massacre de Montréal.

C’est le 6 décembre 1989, quelques 16 ans plus tôt, que 14 femmes ont été tuées par un homme à l’École polytechnique de Montréal. Voici, ci-contre, un extrait du discours prononcé par Dada Gasirabo, intervenante en appui transitoire à Oasis centre des femmes, à l’occasion de la commémoration du Massacre de Montréal.

«Le 6 décembre, nous nous souvenons du Massacre de Montréal. Pour moi, ce jour-ci est toujours l’occasion de me souvenir de toutes les femmes qui ont été tuées brutalement à travers le monde. Aujourd’hui, je pense à mon pays d’origine, le Rwanda, où des milliers de femmes ont été tuées pendant le génocide de 1994.

Je suis chanceuse car j’ai survécu à la tuerie, au viol, à la torture et à d’autres atrocités que les femmes ont subi en 1994. Vous et moi sommes chanceux mais pendant que nous parlons, beaucoup de femmes, que ce soit des jeunes ou des grand-mères, sont en train d’être tuées ou torturées jusqu’à la mort. Des femmes dans des pays tels que l’Irak, le Soudan, l’Afghanistan et le Congo et bien d’autres sont victimes de toutes sortes de violences et de brutalités scandaleuses.…

Pour marquer le 6 décembre cette année, je voudrais vous parler des femmes rwandaises qui ont survécu aux abus sexuels.

Onze après le génocide, les femmes continuent à lutter contre des sentiments de honte et de culpabilité à cause des abus qui leur ont été infligés. Puisque leurs témoignages n’ont pas été documentés, l’abus sexuel qu’elles ont subi n’est pas reconnu par le système judiciaire. Comme ailleurs, les victimes de viol au Rwanda hésitent à parler publiquement de leur vécu par honte et par peur du rejet. Elles se montrent très réticentes à expliquer ce qui s’est passé parce que certains des agresseurs vivent encore parmi elles. Les agresseurs peuvent bénéficier du silence des victimes pour ne pas être poursuivis et ne pas avoir à répondre de leurs actes. De plus, dans un pays où il y a peu de soins de santé en général, il n’y a pas de services spécialisés pour les victimes de violence sexuelle. Ces victimes, en plus de garder le silence au sujet de leur état de santé, manquent d’attention et du soutien de la part de la communauté…

Même s’il peut paraître qu’il y a un monde entre les expériences des femmes rwandaises et les nôtres ici au Canada, nous avons tellement de choses en commun. Nous avons toutes besoin de nous sentir en sécurité, d’être respectées et traitées équitablement. Ce qui nous sépare est le vécu des horreurs et de la violence…»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur