Combattre l’isolement par la communication entre les élèves

Dialogue interculturel entre jeunes francophones

Dialogue interculturel entre jeunes francophones
Dialogue entre les élèves et les comédiens à la fin de la représentation.
Partagez
Tweetez
Envoyez

«Doit-on forcément faire parti d’un groupe à l’école pour exister?», s’interrogeaient des élèves de l’école Étienne-Brûlé et Toronto Ouest ce jeudi lors d’une rencontre avec des comédiens dans les locaux de l’Alliance française.

Des membres de l’agence artistique Ekin ont passé une année au contact des élèves dans les écoles francophones de la ville. Après avoir observé et discuté avec de nombreux élèves, ils ont pris conscience qu’un thème majeur devait être abordé.

Deux étudiants chantent sur scène.

Isolement dans les écoles

En effet, l’isolement et le manque de communication entre les élèves sont des situations courantes dans les écoles. Tout comme la difficulté à intégrer un groupe, le rejet, la solitude.

Le dialogue interculturel entre jeunes francophones, organisé ce jeudi, visait ainsi à discuter de ces enjeux.

Quatre comédiens de l’agence artistique Ekin ont joué des saynètes représentant des profils types observés dans les écoles. Ce projet a été rendu possible par Patrimoine Canadien.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous avons remarqué qu’il existe des personnages dans vos écoles. Ces élèves, que vous ne connaissait pas toujours, vont vous être présentés aujourd’hui avec humour», déclarait aux élèves Adrienne Medjo, auteure et scénariste de ce spectacle produit par Afrique Nouvelle Musique.

Mehdi Jaouar
Mehdi Jaouar, le premier comédien à être passé sur scène.

Plusieurs profils types

Le premier comédien a être entré en piste, Mehdi Jaouar, a joué le rôle d’un étudiant nerd, très intelligent, passionné de sciences, de mathématiques et souvent isolé du reste de ses camarades.

«Ma vie sur les réseaux sociaux», tel était le thème abordé lors de la seconde représentation par une jeune comédienne française, Sandra Uhlrich.

Très extravertie sur les réseaux sociaux, cette étudiante se retrouve ensuite complètement isolée à l’école, n’osant parler à personne. La prestation de la comédienne a marqué les élèves présents dans la salle.

Lalie Vilar
Lalie Vilar, «Comment être cool et branché?».

Être cool et branché n’est pas toujours aisé. C’est en tout cas le message qu’a voulu faire passer Lalie Vilar, interprétant le rôle d’une musicienne convaincue de son talent et de sa connaissance du milieu.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Enfin, Elaine Li a présenté le portrait d’une étudiante populaire et qui le revendique tout haut. Dans chacune des prestations jouées sur scène, un message clair et limpide a été martelé aux élèves: communiquer avec tous est nécessaire afin de ne laisser personne isolé.

Être soi-même

Lors de la discussion finale entre élèves et comédiens, un débat opposait deux visions. Pour certains, il n’est pas nécessaire d’appartenir à un groupe pour exister à l’école. «Il faut être soi-même, ne pas jouer un rôle dans le but d’intégrer un groupe», revendiquait un élève de l’école Toronto Ouest.

Sandra Uhlrich, «Ma vie sur les réseaux sociaux».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur